S’adressant à l’agence Lusa, le président de la Cooperativa Agrícola de Beja e Brinches (CABB), Fernando Rosário, a reconnu que c’était « une mauvaise année » pour les céréales dans la zone d’influence de l’entité, qui couvre principalement les municipalités de l’Alentejo de Beja. et Serpa.

« La sécheresse nous a fait des ravages » et, « bien que les cultures n’aient pas perdu autant de potentiel dans le meilleur terrain autour de Beja, à mesure que nous évoluons vers un terrain légèrement plus faible, nous commençons à voir des pertes importantes », a-t-il déclaré.

Fernando Rosário a ajouté que, dans les soi-disant « barros de Beja », les cultures ont même résisté, « mais une grande partie » de leur « potentiel productif » a été perdue.

« Le sens de cela, c’est que les récoltes ont été maintenues, qui à certains endroits sont même relativement belles, mais ont vu leur potentiel productif réduit pratiquement de moitié, c’est-à-dire que c’est une mauvaise année », a-t-il renforcé.

Plus au sud, dans le soi-disant Campo Branco, qui couvre les communes de Castro Verde, Almodôvar et Ourique et une partie des communes d’Aljustrel et de Mértola, le tableau est identique, à une époque où de nombreux agriculteurs récoltent déjà.

« Les productions étaient très en deçà de ce qui serait raisonnable et la production, que ce soit de céréales ou de paille, était très faible », ainsi que « la production de foin et d’ensilage de foin avait déjà été très faible », le président de l’Association des agriculteurs de Campo Branco, José da Luz Pereira.

Selon le responsable de cette association, basée à Castro Verde, la baisse de la production céréalière dans cette zone « est bien supérieure à 50% », et il y a même des zones « dans lesquelles la production sera très proche de zéro ».

En plus que la production soit « faible », elle « n’a pas non plus de qualité », a ajouté José da Luz Pereira, justifiant cette situation par le fait qu’il n’a pas plu « pendant l’hiver ».

« À cet âge et avec toutes ces années [que levo] de l’agriculture, je ne me souviens pas que ce soit arrivé. C’est du terrain nu et une année très difficile », a-t-il déclaré.

Outre l’impact sur la production céréalière, le président de l’ABCA a également dit craindre l’effet de la période de sécheresse actuelle dans la région sur l’abreuvement du bétail « pendant l’été », avec la perspective d’une diminution du cheptel dans la région. Région.

« Chaque année, les agriculteurs laissent une partie de la progéniture de leur bétail aux éleveurs et cette année, pour la première fois, nous avons constaté que la plupart de nos producteurs ne laissent pas de troupeaux de remplacement. C’est le reflet des difficultés que nous traversons », a-t-il conclu.

Jeudi dernier, l’Institut portugais de la mer et de l’atmosphère (IPMA) a révélé que la quasi-totalité du territoire du Portugal continental était en grave sécheresse fin mai, la plus chaude et la plus sèche des 92 dernières années.

À la fin du même mois, il y a également eu une diminution significative du pourcentage d’eau dans le sol sur tout le territoire, en mettant l’accent sur le Nord et le Centre, Vale do Tejo, Alentejo et Algarve, où les valeurs en pourcentage sont plus faibles. à 20%.

CYMP (DD) // RRL