1-1-e1669908198824-png
la-priorite-entre-les-futures-lignes-dependra-de-lenveloppe-financiere

La priorité entre les futures lignes dépendra de l’enveloppe financière – Metro do Porto

« La priorité sera déterminée en fonction de l’enveloppe financière », a déclaré le président du conseil d’administration de Metro do Porto, au siège de l’entreprise qui célèbre mercredi le 20e anniversaire du démarrage de son service commercial.

Tiago Braga avait été interrogé sur la priorité des futures lignes du Metro do Porto, à construire après les phases actuelles de prolongement de la Ligne Jaune (à Vila Nova de Gaia), de construction de la Ligne Rose (à Porto), du Rubi (dans les deux municipalités), et le ‘metrobus’ (BRT – ‘Bus Rapid Transit’) de Boavista (Porto).

« Nous avons la ligne de Gondomar à Souto, qui est une ligne prioritaire. Nous avons la question de rétablir le service à Trofa, qui est un service, comme vous le savez, que nous avons présenté avec un modèle hybride, avec une extension du canal ferroviaire jusqu’à la gare de Muro/Serra puis BRT jusqu’à Trofa », listé.

Poursuivant la liste, il a fait référence à la ligne São Mamede de Infesta, qui est importante « car elle garantit également la duplication de l’accès au PMO [Parque de Material e Oficinas] de Guifões », à Matosinhos, et même « à la deuxième ligne de Maia ».

« Et une ligne très importante pour nous, qui est la continuation – qui atteindra un jour Campanhã – de la Pink Line. Nous ne faisons que, des trois phases, la première phase, entre Praça da Liberdade et Casa da Música », a souligné le responsable de Metro do Porto, rappelant l’entreprise actuelle.

Interrogé sur les délais de démarrage des nouvelles lignes, le président du transporteur a évoqué le Plan national d’investissement (PNI) 2030, espérant voir « quelle enveloppe budgétaire » destinée au métro pour les définir.

« Nous développons ces lignes en termes d’avant-projet, en termes d’aménagement, d’emplacement des gares. Nous avons le profil géotechnique déjà défini. Nous gagnons en maturité. La mensuration cadastrale, la mensuration patrimoniale, toutes les questions sont en cours d’élaboration dans le sens où, dès que les financements seront assurés, nous pourrons faire avancer les projets au niveau d’un avant-projet », a-t-il déclaré à Lusa.

Le responsable a déclaré que « très probablement » Metro optera pour l’approche conception/construction, « un modèle très similaire à celui du BRT ».

Tiago Braga, président depuis 2019 et avec un mandat jusqu’en 2025, a rappelé que l’entreprise, « pour le moment, dispose d’un ensemble d’investissements d’environ un milliard d’euros », qui « n’est que parallèle au début de la vie de Metro do Porto ».

« Ce qui se passe, c’est qu’il y a une différence, et que ce n’est pas une différence de détail. Il y a 20 ans, quand on avait un niveau d’investissement de cette taille, on ne transportait pas plus de 60 millions de validations », a-t-il souligné.

Pour le reste, Tiago Braga a précisément pointé ce nombre comme l’estimation pour la clôture de l’année 2022, une valeur bien supérieure aux 39,3 millions en 2020 et 41,6 millions en 2021, années marquées par la pandémie de covid-19, mais toujours en deçà de le record de 2019 (71,3 millions de validations).

L’année 2022 devrait également se clôturer avec l’arrivée du premier véhicule neuf acheté à la CRRC chinoise, « entre le 15 et le 17 décembre ».

Pour Lusa, le président a également quantifié à 2 200 millions d’euros les bénéfices sociaux et environnementaux générés par l’entreprise au fil des années.

Pour Tiago Braga, Metro do Porto, « en fait, a transformé et contribué à transformer la grande ville, le Grand Porto ».

« Je crois vraiment que le métro, en plus d’être un agent de transformation, de décarbonation de la ville, est clairement un agent de cohésion sociale. Ce n’est pas territorial, c’est social », a-t-il déclaré à Lusa.

Le président de Metro do Porto souligne le rôle de gérer, pour 40 euros par mois, le transport « d’une personne de Vila d’Este [Gaia] à Póvoa de Varzim, ou de Póvoa de Varzim à Trindade [Porto]🇧🇷

« Ces gens qui, dans des circonstances normales, devraient dépenser beaucoup plus d’argent pour voyager, deviennent plus compétitifs sur le marché du travail », a-t-il souligné.

Pour Tiago Braga, « les transports, la mobilité, ce n’est pas seulement une question de décongestion, qui est un enjeu important, ou de décarbonation, qui est un enjeu important », mais « aussi une question de développement, et aussi de développement social ».

Sur le plan personnel, il considère qu’être président de Metro do Porto est « un exercice d’engagement total et absolu », avec un objectif exclusif, être « le projet d’une vie ».

« Face aux difficultés, le stimulus que nous avons, que nous essayons de transmettre à l’équipe elle-même, c’est qu’il s’agit d’une opportunité unique d’aider à transformer notre terre », a-t-il souligné à Lusa.

Lorsqu’on lui a demandé s’il avait l’intention de retourner un jour dans une maison qu’il connaît bien de l’autre côté du fleuve Douro, la mairie de Vila Nova de Gaia, où il était autrefois chef de cabinet de l’actuel président, Tiago Braga a plaisanté.

« Je reviens chaque jour de l’autre côté de la rivière dans une maison que je connais, qui est ma maison. Ça revient », a-t-il répondu, estimant que « quand tu es dans un endroit et que tu penses à d’autres endroits, normalement les choses ne vont pas bien ».

JE // JAP

Articles récents