La précarité des chercheurs et des professeurs de l’enseignement supérieur est pointée du doigt comme l’un des plus grands problèmes du secteur.

Dans le cas des chercheurs, il y a « une aggravation de la précarité », a déclaré le président du Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESup) dans des déclarations à Lusa.

Il y a des chercheurs de plus de 50 et 20 ans de travail qui continuent d’être embauchés à durée déterminée, a déclaré Mariana Gaio Alves à Lusa.

« Nous avons beaucoup de chercheurs qui font de la recherche depuis 20 ou 25 ans et qui continuent à travailler dans des situations précaires. Il n’y a pas que les jeunes », a-t-il déploré.

Au Portugal, les chercheurs ont été embauchés essentiellement par le biais de contrats à durée déterminée, selon le syndicat.

La plainte est étayée par des offres d’emploi dans des concours pour chercheurs : en 2018, 1 505 offres ont été ouvertes pour des contrats à durée déterminée, l’année suivante, elles ont chuté à la moitié (722 offres) et en 2020, 502 places ont été libérées.

Les postes vacants pour les catégories de carrière de la recherche scientifique, un « poste contractuellement stable », étaient toujours beaucoup plus réduits : « Il n’y avait que 23 en 2018, 25 en 2019 et 12 en 2020 ».

En 2019 et 2020, plus de 90% de tous les postes vacants pour les chercheurs en CDD concernaient des « chercheurs juniors », selon le SNESUp.

Mariana Gaio Alves a souligné que ce poste représente un niveau de rémunération « inférieur à celui de la catégorie initiale/la plus basse de la carrière de chercheur ».

Cependant, tous les chercheurs ne sont pas jeunes au début de leur carrière, a-t-il encore souligné.

La lutte contre la précarité est ancienne et l’annonce du Programme extraordinaire de régularisation des maillons précaires de l’administration publique (PREVPAP) semblait être la solution.

Cependant, dans le cas du secteur de l’Enseignement Supérieur et des Sciences, le PREVPAP n’a permis de régulariser que 13% des demandes des travailleurs précaires.

La situation des enseignants n’est pas meilleure, a prévenu le président du syndicat. « Les dernières données du ministère indiquent que la précarité chez les enseignants a augmenté », a-t-il déclaré.

Il y a dix ans, au cours de l’année scolaire 2012/2013, deux professeurs sur trois avaient la situation d’emploi la plus stable, c’est-à-dire que 65,5 % des professeurs étaient à temps plein et exclusivement dédiés.

Le pourcentage a baissé et, sur l’année scolaire 2018/19, ils étaient un peu plus de la moitié (53,1 %), selon une analyse syndicale des données de la Direction générale des statistiques de l’éducation et de la science (DGEEC).

La tendance à la baisse du régime d’emploi à temps plein avec affectation exclusive s’accompagne, en sens inverse, de l’augmentation du pourcentage d’enseignants à temps partiel.

En 2012/13, 29,4 % des enseignants étaient à temps partiel, deux ans plus tard, c’était 31,8 % et, en 2018/19, la modalité couvrait déjà 39,9 % des enseignants.

« Une partie substantielle du travail d’enseignement est effectuée par des enseignants spécialement recrutés qui ont été sans augmentation, sans stabilité et sécurité contractuelle, et dans de nombreux cas sans droits de représentation électorale et démocratique », a averti le SNEsup.

La progression de carrière n’atteint également qu’une petite partie, selon Mariana Gaio Alves, qui affirme qu' »il y a une rareté des opportunités de progression ».

Selon les données analysées au SNESUP à partir des Bilans sociaux des établissements d’enseignement supérieur (EES), « les changements obligatoires de positionnement des rémunérations à la suite de l’évaluation des performances pédagogiques concernaient environ 12 % des enseignants en 2018, seulement environ 4 % en 2019 et 1,5% en 2020 ».

Le SNESup a expliqué que cette affaire concerne des transitions de grille salariale (horizontale), avec quatre grilles salariales dans les catégories de carrière qui regroupent davantage de professionnels.

Les progressions qui correspondent aux passages vers les catégories professionnelles supérieures (verticales), qui doivent s’effectuer par concours, n’auront atteint qu’environ 2 % des enseignants en 2020 et environ 1 % en 2019.

Le vieillissement et la précarité sont deux des problématiques qui seront abordées aujourd’hui au Forum Liberté et Démocratie, qui réunit des représentants d’associations, d’entreprises, d’universités, d’écoles polytechniques, des directeurs de centres de recherche et des représentants de partis politiques.

L’idée est « de promouvoir le dialogue et le débat autour des problèmes qui affectent l’enseignement supérieur et la science, ainsi que de chercher à encourager la discussion sur les propositions et les mesures politiques à prendre pour résoudre les problèmes et continuer à assurer la qualité de l’enseignement supérieur et de la science ». dans notre pays », a déclaré Mariana Gaio Alves.

Le SNESup plaide pour que les changements commencent par la réalisation d’un « recensement exhaustif » de la précarité dans tous les EES : « On a du mal à savoir quel est le portrait exact de la situation », a-t-il déploré. Vient ensuite le renforcement des fonds pour l’Enseignement supérieur et scientifique, qui permet aux établissements de « corriger les injustices ».

OUI // ZO

LUSA/fin