La plupart des hôpitaux privés n'effectuent pas de téléconsultations auprès des bénéficiaires de l'ADSE en raison de règles "peu pratiques" établies par l'institut de protection contre les maladies du service public, a déclaré le président de l'Association portugaise d'hospitalisation privée (APHP).

"L'ADSE ne permet pas à ses bénéficiaires d'accéder aux téléconsultations, contrairement à ce qui se passe, par exemple, avec les citoyens qui ont une assurance maladie", a déclaré à Lusa le président de l'APHP, Óscar Gaspar.

Les téléconsultations remboursées par l'ADSE ont débuté le 9 avril, déjà en pleine pandémie de covid-19, mais le sous-système santé de la fonction publique ne participe qu'à deux consultations à distance par mois à chaque bénéficiaire et uniquement sous le régime convenu.

Selon Óscar Gaspar, «les règles définies unilatéralement par l'ADSE sont impraticables» car les hôpitaux n'ont aucun moyen de connaître le nombre de téléconsultations déjà réalisées, devant en supporter les coûts au cas où le bénéficiaire en dépasserait deux par mois.

L'association a adressé le 8 avril une lettre au conseil d'administration de l'institut de protection et d'assistance à la maladie de la fonction publique pour alerter sur la question, mais n'a pour l'instant pas reçu de réponse, a indiqué le président de l'APHP.

Dans la lettre, l'association a alerté l'institut sur le fait que «la plupart des hôpitaux privés» n'appliquent pas les règles, affirmant qu'elles constituaient «un risque financier» pour le prestataire.

"La limite de deux consultations par mois et par bénéficiaire n'est pas contrôlable par le prestataire, puisque le bénéficiaire peut consulter d'autres prestataires" et "n'étant pas contrôlable, cela constitue un risque financier et de recouvrement accru", peut être lu dans Lettre.

L'APHP reconnaît la nécessité d'un contrôle par l'ADSE, mais défend que cela devrait être fait par l'institut lui-même et non par les hôpitaux, via une autorisation préalable qui peut être effectuée par SMS ou par courrier électronique.

Lusa a contacté le ministère de la modernisation de l'État et de l'administration publique à ce sujet, notamment pour savoir combien de téléconsultations ont été faites aux bénéficiaires de l'ADSE, mais n'a pas reçu de réponse.

DF // JNM

Le contenu La plupart des hôpitaux privés sans téléconsultations pour les bénéficiaires ADSE – APHP apparaissent en premier dans Visão.