1-1-e1669908198824-png
la-pluie-ameliore-les-niveaux-des-barrages-en-algarve-mais

La pluie améliore les niveaux des barrages en Algarve mais plus sous le vent

« L’impact [das chuvas] c’était assez asymétrique en Algarve, au niveau sous le vent, dans les deux grands barrages – Beliche et Odeleite -, nous avons eu des apports substantiels », a déclaré Pedro Monteiro à Lusa, estimant une « variation positive des réserves » de ces deux réservoirs,  » du 4ème à aujourd’hui, autour de 15% ».

Cependant, dans l’ouest de l’Algarve, la pluie qui est tombée « a été moindre » et « les précipitations ont été plus faibles », la moyenne de la semaine dernière se situant à la moitié de celle enregistrée dans l’est de l’Algarve.

Pedro Monteiro a souligné que la sous-région de l’Algarve où il est tombé le plus de pluie était l’Algarve central, où il n’y a pas de barrages, ayant chuté en moyenne de 230 millimètres depuis le 4, suivi du vent, avec environ 200 millimètres, et au vent, avec une moyenne d’un peu plus de 100 millimètres.

🇧🇷[A pluviosidade mais baixa no barlavento] C’est quelque chose qui, depuis deux ans, s’observe, de manière significative, contrairement à ce qui se faisait auparavant. Historiquement, il pleuvait plus du côté au vent que du côté sous le vent », note le directeur régional.

Pedro Monteiro a indiqué qu’avec moins de précipitations, la région au vent a plus de difficultés à recharger l’eau des barrages ou des aquifères, qui sont les principales sources d’eau pour l’agriculture en Algarve, « avec 30 et 70% », respectivement.

« Et cela explique pourquoi le barrage de Bravura [no barlavento] continuer avec des valeurs totales de stockage inférieures à 15% et être le barrage qui a le moins d’eau en Algarve », a-t-il justifié, ajoutant que les barrages d’Odelouca et d’Arade ont également des valeurs inférieures à 40%.

Les données sur le stockage de l’eau fournies par la société Águas do Algarve, qui se réfèrent aux barrages d’Odelouca, à l’ouest, et d’Odeleite et Beliche, à l’est, montrent que, dans la semaine du 5 au 12 décembre, le barrage d’Odelouca a volume total de 31,11 % à 32,56 %, tandis que le volume utile est passé de 15,56 % à 17,34 %.

Les fortes pluies de la semaine dernière ont eu un impact plus important sur les niveaux d’eau accumulés des réservoirs de Sotavento, le volume total du barrage d’Odeleite passant de 29,54 % à 49,60 % et le volume utile passant de 15,82 % à 39,78 %, selon Águas do Algarve. .

Les précipitations de la semaine dernière ont également amené l’autre barrage sous le vent, Beliche, à améliorer ses niveaux en volume total (de 22,93% à 40,85%) et en utile (de 13,75% à 33,80%), selon les informations de la société Algarve publiées sur l’Internet.

Pedro Monteiro a souligné l’importance des pluies enregistrées ces derniers jours pour les cultures, qu’elles soient intensives ou pluviales, mais aussi pour les pâturages des animaux ou l’apiculture, car elles permettent aux abeilles d’avoir de la végétation pour produire du miel et effectuer la pollinisation.

En revanche, ils constituent « un soulagement pour les coûts et les poches des entrepreneurs agricoles », qui « pendant au moins un mois, n’auront pas à arroser » et à dépenser de l’argent en énergie pour le faire, a-t-il souligné.

Le directeur régional de l’agriculture et de la pêche de l’Algarve a toutefois averti que, malgré cette augmentation du stockage de l’eau, l’Algarve « est encore loin d’être même proche d’une situation souhaitable, car elle est partie d’une situation qui, en termes de niveaux de réservation , était très faible ».

« Il y a encore un mois et demi, nous avions des valeurs inférieures à 20% et il faut qu’il pleuve beaucoup pour que le niveau des barrages et des aquifères atteigne un niveau sûr, ce qui nous laisse plus détendus », a-t-il ajouté, avertissant qu’il  » faut continuer à économiser l’eau, lutter contre les pertes » et utiliser ce bien « très judicieusement ».

CMH // MAD

Articles récents