Selon le rapport du deuxième trimestre 2020 de Banco de Portugal (BdP) sur le système bancaire portugais, publié aujourd'hui, «la forte réduction du ROA (indice qui représente la capacité à générer des bénéfices à partir des actifs détenus) reflétait essentiellement une augmentation significative des dépréciations de crédit et, dans une moindre mesure, une réduction des résultats des opérations financières ».

«En ce sens, le coût du risque de crédit a augmenté de 0,52 point de pourcentage, à 0,93%», précise la banque centrale, ajoutant que «cette augmentation significative du flux de dépréciations est associée à l'impact de la pandémie de covid. -19.

Au premier semestre, le rendement des fonds propres (ROE) du système bancaire portugais a diminué de 5,2 points de pourcentage, à 0,9%, et le ratio «  coût / revenu '' a augmenté de 0,7 point de pourcentage, à 58,0 %, reflétant une baisse du produit bancaire (4,5%) supérieure à la réduction des frais de fonctionnement (3,3%).

Les données publiées aujourd'hui par la BdP montrent que le «stock» de prêts non performants des banques portugaises a baissé de 459 millions d'euros (-2,75%) au deuxième trimestre de cette année par rapport au trimestre précédent, à 16 233 millions d'euros.

Sur la période, le ratio des prêts non performants (NPL) a diminué de 0,5 point de pourcentage, à 5,5%, «en raison d'une augmentation du total des prêts et, dans une moindre mesure, d'une diminution des ».

Le ratio net NPL des dépréciations était de 2,6%, ce qui représente une diminution de 0,3 point de pourcentage.

Selon BdP, le ratio de NPL des sociétés non financières (SNF) s'établit à 11,1% (-0,8 point de pourcentage), du fait d'une augmentation des prêts «performants» et d'une réduction des NPL.

Dans le cas des ménages, le ratio a légèrement diminué pour s'établir à 3,6% (-0,1 point de pourcentage), «principalement en raison d'une réduction des NPL».

Quant au taux de couverture des NPL dus aux déficiences, il a augmenté de 1,8 point de pourcentage, à 53,1%, «en raison d'une réduction des NPL et, dans une moindre mesure, d'une augmentation des déficiences, à savoir les NPL des particuliers et SNF ».

Au deuxième trimestre, le total des actifs du système bancaire portugais a augmenté de 4,6%, l'évolution de la disponibilité dans les banques centrales et de l'exposition aux titres de dette publique ayant contribué respectivement de 2,6 points de pourcentage et de 1,7 point de pourcentage.

Malgré la croissance des crédits à la clientèle (1,2%), le ratio de transformation diminue de 1,7 point de pourcentage, à 84,6%, reflétant l'évolution des dépôts de la clientèle (3,2%).

Les financements obtenus auprès des banques centrales ont augmenté de 62,2%, représentant désormais 7,7% des actifs (+2,7 points de pourcentage).

Le ratio de couverture de liquidité s'établit à 256,6%, en hausse de 30,7 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent, cette évolution reposant sur la variation positive des actifs très liquides (22,4%), tandis que les sorties nettes la liquidité a augmenté de 7,8%.

En termes de solvabilité, au deuxième trimestre 2020, le ratio du total des fonds propres et le ratio des principaux fonds propres de niveau 1 (CET 1) ont augmenté respectivement de 0,6 et 0,5 point de pourcentage, s'établissant à 17,2 % et 14,6%, dans le même ordre.

La BdP explique que «l'évolution de ces ratios a reflété la diminution des actifs pondérés des risques et l'augmentation du total des fonds propres et des fonds propres principaux de niveau 1», tandis que «bien que dans une moindre mesure, le reclassement d'un établissement, de branche à branche, a également contribué à améliorer ces ratios ».

Le ratio de levier s'établit à 7,6%, en baisse de 0,2 point de pourcentage par rapport au trimestre précédent, mais reste «nettement au-dessus du seuil de référence minimal fixé par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (3%), qui deviendra une exigence de conformité obligatoire à compter de la date de début d'application du nouveau CRR «(Capital Requirements Regulation), le 28 juin 2021».

En juin, le Conseil et le Parlement européen ont approuvé un amendement au CRR («CRR quick fix ajustements»), qui permet d'exclure certaines expositions sur les banques centrales du ratio de levier, sous réserve de l'autorisation des autorités compétentes.

PD // JNM

Le contenu de pandémie entraîne une «forte réduction» de la rentabilité des banques au 1er semestre – BdP apparaît en premier à Visão.