Il s’agit d’une mesure prévue dans le Plan de relance et de résilience (PRR), d’un montant de 230 millions d’euros, qui consiste en un soutien aux entreprises pour l’embauche de chômeurs inscrits à l’Institut de l’emploi et de la formation professionnelle (IEFP).

Le soutien correspond à la valeur de 12 indices de soutien social (5 318,4 euros), mais peut être augmenté dans diverses situations, atteignant un maximum de 11 434,6 euros, a déclaré à Lusa une source officielle du ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale.

La mesure, discutée dans le cadre du dialogue social, prévoyait initialement une valeur maximale d’environ 9 500 euros, majorations comprises.

La semaine dernière, la ministre du Travail, Ana Mendes Godinho, a déclaré au journal Eco que le gouvernement avait augmenté les augmentations de soutien, après avoir entendu les partenaires sociaux.

Selon le décret paru ce jour, l’aide peut être majorée de 25 % en cas d’embauche de jeunes jusqu’à 35 ans, de 35 % lors de l’embauche de personnes handicapées ou inaptes ou de 25 % lorsque la rémunération de base associée au contrat est égal ou supérieur à deux fois le salaire minimum national.

Elle peut également être majorée de 25 % lorsqu’il s’agit d’un emploi situé à l’intérieur ou lorsque l’employeur « est partie à un instrument de négociation collective (IRCT), aux termes de l’article 2 du Code du travail ».

Selon le diplôme, l’aide financière « est encore augmentée de 30% lorsqu’il s’agit d’embaucher des chômeurs du sexe sous-représenté dans une profession donnée ».

Les majorations prévues par l’ordonnance sont cumulatives entre elles dans la limite de trois.

L’employeur a également droit à une aide correspondant à la moitié de la valeur de la cotisation de sécurité sociale pendant la première année du contrat.

Pour demander une aide, les entreprises doivent faire régulariser leur situation fiscale et contributive et ne pas avoir d’arriérés de paiement de salaires, à l’exception de celles qui sont en procédure spéciale de revitalisation ou en régime extrajudiciaire de redressement des entreprises (RERE).

Les entreprises doivent publier et enregistrer l’offre d’emploi sur le portail de l’IEFP.

Les périodes d’ouverture et de fermeture des candidatures sur mesure seront définies par le conseil d’administration de l’IEFP et publiées sur son site internet.

Paiement de l’accompagnement effectué en trois fois, 60% du montant versé après le début de validité de tous les contrats de travail accompagnés, dans un délai maximum de 20 jours ouvrés, 20% versés au 13ème mois du dernier contrat entamé et 20% en le 25e mois du dernier contrat commencé.

DF // MSF

Le contenu Le nouveau soutien à l’emploi permanent des chômeurs peut atteindre 11 435 euros apparaît d’abord dans Visão.