C’est grâce au programme de mobilité Doc Nomads Erasmus que le cinéaste suisse-turc, Aylin Gökmen, est arrivé au Portugal. Pendant le master en cinéma documentaire, il est allé à Bruxelles, Budapest et Lisbonne, mais c’est au Portugal qu’il a choisi de revenir, car il avait une «relation privilégiée avec [o país] et les Portugais », a-t-il expliqué à l’agence Lusa.

« Je voulais faire un film sur les gens et la nature, alors j’ai pensé que je devais retourner au Portugal, car je suis tombé amoureux des gens et des paysages », a déclaré le réalisateur.

En découvrant les Açores, le choix a été immédiat: «Je n’ai même pas beaucoup réfléchi, j’ai acheté un billet d’avion et je suis allé à Pico, car je pense qu’il y a une grande fascination pour le volcan de Pico», dit-il.

Elle a commencé par faire un voyage d’exploration de deux semaines sur l’île, où elle s’est fait «facilement des amis», qui l’a aidée à «découvrir l’objet du film et ce que les gens filmer».

Il finissait par retourner sur «l’île de montagne» pour filmer essentiellement des paysages et, encore une fois, l’été, pour filmer une célébration du Saint-Esprit.

«Je voulais vraiment filmer la procession, les prières sur la façon dont les gens interprétaient les catastrophes naturelles comme des punitions de Dieu. Je trouve très intéressant que cette interprétation soit si ancrée dans la culture, même aujourd’hui », a expliqué le réalisateur à Lusa.

Un autre aspect sur lequel je voulais me concentrer était «l’isolement et aussi l’immigration, non seulement à cause des catastrophes naturelles, mais aussi, par exemple, lorsque la chasse à la baleine a pris fin, quand il y a eu une grande vague d’émigration».

« Il était également très intéressant de noter la distance entre les personnes qui restent et celles qui vont au Portugal continental, mais aussi aux États-Unis, où il y a une grande communauté », a-t-il déclaré.

Mais ce qui a conduit Aylin Gökmen à Pico, c’est la présence de la montagne dans la vie des «picarotos».

«J’ai aimé le fait que la nature et l’île soient si présentes dans la vie des gens. Même quand ils se réveillent le matin, les gens ne disent pas que c’est bon ou mauvais, au lieu de cela, ils disent: «  Oh, Pico aujourd’hui montre, c’est tellement beau [a montanha]«… Je pensais que c’était incroyable», avoue-t-il.

La réalisatrice s’est lancée dans le cinéma documentaire dans sa maîtrise, mais avant cela elle a obtenu un diplôme en philosophie et français moderne, domaine qu’elle a fini par intégrer dans son travail: «Comme j’avais un diplôme dans un domaine complètement différent, au début, quand Je voulais commencer à faire des films, j’étais un peu inquiète, parce que je me suis dit ‘Vais-je être en retard? Comment vais-je faire ça? », Mais finalement, j’ai fini par utiliser ce que j’avais appris sur la littérature dans mes films, et celui-ci aussi».

Le rôle de la mythologie fait partie de ces réflexes, tout comme les prières, qui « font partie de l’identité de ce lieu », a-t-il expliqué.

La littérature est également visible dans la manière dont son travail «se situe entre documentaire et fiction», estime la réalisatrice, déclarant qu’elle s’intéresse «non seulement à ce qui est vu, mais aussi à ce qui se passe dans l’esprit des gens».

«À Pico et aux Açores, on sent qu’il y a un passé toujours présent. Nous avons beaucoup tourné, par exemple, dans des maisons abandonnées. Vous pouvez sentir qu’il y a eu tellement de choses là-bas et c’était un sentiment que je voulais transmettre – qu’il y a quelque chose qui se passe en dehors du cadre », a-t-il déclaré à Lusa.

Le plus grand défi, a-t-il avoué, était de faire un court métrage de seulement 14 minutes. « Je ne pouvais pas tout montrer et il y a tellement plus ».

«J’espère que d’autres cinéastes, en particulier portugais, qui ont ce lien spécial, continueront à y faire des films. J’ai hâte de les voir. Et j’espère être de retour bientôt », a-t-il déclaré à Lusa.

Le film a été tourné en 2018 et a servi de projet final de master, mais ce n’est qu’en 2020, après «un processus de réédition approfondi», qu’il a été envoyé aux festivals de cinéma, après avoir été présenté en première au Festival de Locarno.

«Il a fallu beaucoup de temps pour lui revenir, car je le réédisais toujours. Nous avons fait un travail énorme sur le son. Chaque détail a été travaillé et pensé », dit-il.

Tourné en noir et blanc, «Esprits et roches: un mythe açorien» a suscité de bonnes réactions du public, a déclaré le réalisateur. «Les gens qui n’y sont jamais allés sont fascinés, ils me disent qu’ils veulent aller le voir, car je pense que le film a une atmosphère onirique, ce qui donne presque l’impression que ce n’est pas réel. C’est assez fantastique ».

La réalisatrice a maintenant terminé un «court» pour la télévision suisse, qui montre comment elle a traversé l’enfermement, et prépare son premier long métrage, qui sera tourné en Turquie.

«Ce sera similaire au film sur les Açores, car il aura à voir avec les gens, avec les gens, et aussi avec la mythologie. Pour l’instant, c’est tout ce que je peux dire. Ce sera le frère aîné du court métrage tourné aux Açores », a-t-il expliqué à Lusa.

Aylin Gökmen est diplômé en philosophie et français moderne de l’Université de Lausanne et titulaire d’un master en cinéma documentaire du programme DocNomads Erasmus Mundus. Cette année, il a cofondé la société de production A Vol d’Oiseau.

«Esprits et roches: un mythe açorien» est projeté jeudi prochain, au Festival de Sundance, aux États-Unis, dans le cadre du programme de courts métrages documentaires.

ILYD // MAG

Le contenu Nature et religion sur l’île de Pico inspirent un film sélectionné pour le festival de Sundance qui apparaît d’abord à Visão.