L’Autorité fiscale (AT) a identifié, entre 2016 et 2020, 1070 maisons engagées pour des dettes fiscales signalées comme étant affectées à la propriété et à un logement permanent après avoir arrêté la vente de ces maisons.

Depuis 2016, la vente de maisons saisies par des dettes fiscales est interdite lorsqu’elles sont destinées à la propriété et à un logement permanent, et une source officielle du ministère des Finances a déclaré, en réponse à Lusa, que «du total des propriétés destinées au logement saisies entre le 24 mai de 2016 et du 24 novembre 2020, «1 070 ont indiqué qu’ils pourraient être touchés par leur propre logement permanent».

La même source officielle souligne qu ‘ »au cours de la même période, aucune vente de biens immobiliers qui, étant destinés au domicile permanent permanent du débiteur ou de son ménage, n’a été effectivement cédée à cette fin ».

Cet univers de 1070 maisons fait partie d’un total de 26 131 biens destinés au logement qui ont fait l’objet d’une saisie par les services de l’Autorité fiscale et douanière (AT), en raison de l’existence de dettes fiscales de la part des propriétaires.

Natália Nunes, coordinatrice du Bureau de protection financière Deco, souligne le «grand écart» entre les plus de 26 000 promesses de dons et les quelque mille qui étaient considérés comme leur logement propre et permanent, mais souligne le fait que cela coûte environ mille familles « qui, sans cette mesure, seraient peut-être sans logement ».

Il s’agit d’une loi entrée en vigueur en mai 2016 (à la suite de propositions du PS, du PCP, de BE et de Verdes) qui, bien qu’elle n’empêche pas la saisie des propriétés utilisées pour un logement propre et permanent en raison de l’existence de dettes fiscales, interdit le votre vente.

«Il n’y a pas de place pour la vente de biens destinés exclusivement à la résidence permanente du débiteur ou de son ménage, lorsqu’il est effectivement affecté à cette fin», précise le diplôme qui détermine en outre que la personne exécutée est «constituée le bien, sans obligation de livrer le bien ».

Ce cadre juridique permet également au débiteur dans ces conditions de payer la dette fiscale en question (qui était à l’origine de la saisie) dans la mesure de ses possibilités.

De ce régime de sauvegarde ne sont laissés que les «biens dont la valeur imposable tombe, au moment de la saisie, au taux maximum» de l’IMT dans l’achat de maisons pour logements propres et pressants, c’est-à-dire ceux dont la valeur des fonds propres dépasse 574 323 euros .

Même ainsi, même dans ces cas, la loi dispose que « la vente ne peut avoir lieu qu’un an après l’expiration du délai de paiement volontaire de la dette la plus ancienne ».

En réponse à Lusa, la même source officielle du ministère des Finances déclare que, dans le contexte des processus de répression fiscale, «la pondération et la prise de décision concernant la promotion de l’enregistrement et l’émission des ordonnances de saisie sont orientées de manière à respecter les principes de priorité , proportionnalité et opportunité de la saisie, inscrites aux articles 217 et 219 du code de procédure (CPPT) et de procédure fiscale, qui imposent l’obligation de saisie à partir des «  biens dont la valeur pécuniaire est plus facile à réaliser et se manifeste adéquat (suffisant) au montant du crédit restant  ».

« La décision de saisie ne portera sur l’immobilier que si d’autres actifs plus faciles à réaliser, suffisants / adéquats pour satisfaire la dette ne sont pas connus », souligne la même source.

Bien que cette loi évite qu’en cas de dette fiscale, les gens ne se retrouvent pas sans la maison qui leur sert de logement, il n’en va pas de même pour les autres types de dette. Natália Nunes regarde cette situation avec inquiétude, notant que le Bureau dont elle coordonne vient plusieurs cas de personnes qui continuent à voir leur maison comme des gages et à être vendues à cause de dettes souvent de valeur réduite, notamment liées au crédit personnel, aux cartes de crédit. crédit ou télécommunications.

«Ce mois-ci, nous avons été contactés par une personne ayant une dette de carte de crédit de 2 500 euros et avons vu la maison confisquée. C’était le seul bien qu’il possédait et c’était sa maison permanente », explique Natália Nunes.

LT // MSF

Le contenu de la loi empêche la vente de plus de 1000 logements pour les familles promises pour des dettes fiscales apparaît d’abord à Visão.