La Fédération portugaise des syndicats de la construction, de la céramique et du verre (FEVICCOM) a annoncé aujourd’hui qu’elle ferait appel de la décision du tribunal qui a refusé cette semaine une indemnisation à la travailleuse Cristina Tavares pour harcèlement dans une usine de liège à Santa Maria da Feira.

Il s’agit de l’affaire du Syndicat des travailleurs de Corticeiros do Norte contre Fernando Couto – Cortiças SA, une entreprise du district d’Aveiro qui était légalement obligée de réintégrer le travailleur après deux licenciements illégaux, mais qui a maintenant gagné en justice en étant dispensée d’indemnisation elle à 80 000 euros pour préjudice moral, social et psychologique.

« La FEVICCOM exprime son total désaccord avec la récente décision de la Cour d’appel de Porto concernant le paiement d’une indemnité pour la pratique du harcèlement au travail réclamée par la travailleuse du liège Cristina Tavares. (…) C’est la raison qui donne de la force au recours devant la Cour suprême de justice, qui va bientôt aller de l’avant », déclare la fédération syndicale.

La structure est contre la décision pour ne pas comprendre « comment il est possible d’avoir un jugement qui, en pratique, protège l’agresseur et pénalise la victime de harcèlement », au mépris des « graves implications [desse crime] sur votre santé, notamment sur le plan psychologique ».

Soulignant que le ministère public a encore une autre procédure à engager contre l’usine Fernando Couto, dans un procès toujours sans date fixée « pour le délit de mauvais traitements du travailleur », la FEVICCOM rappelle que Cristina Tavares a été licenciée deux fois illégalement par le même employeur . Le premier licenciement a eu lieu en 2017, « le tribunal ayant obligé sa réintégration », et le second est intervenu début 2019, à l’issue duquel l’entreprise a été « condamnée à payer à l’Etat une amende de 31.000 euros levée par l’Autorité des Conditions de Travail. pour la pratique du harcèlement » — que l’entreprise de liège a fait appel, perdant devant le Tribunal du travail, la Cour d’appel et la Cour constitutionnelle.

« Cristina Tavares, depuis le début, a toujours défendu son travail et rejeté plusieurs propositions de résiliation du contrat. Par conséquent, il continue d’exercer ses fonctions dans l’entreprise et a la légitimité de demander des indemnités en raison de la situation de harcèlement à laquelle il a été soumis par l’employeur », conclut la FEVICCOM.

La décision de justice de cette semaine, refusant au travailleur le droit à l’indemnité souhaitée de 80 000 euros, se fonde sur l’interprétation des juges de Porto selon laquelle l’usine et le travailleur avaient déjà mis fin à leur litige lorsqu’ils ont fixé l’indemnité à 11 250 euros payable au travailleur pour le préjudice moral subi.

AYC (JYDN) // LIL

Le contenu Fédération des syndicats fera appel à la Cour suprême pour soutenir un travailleur du liège apparaît d’abord à Visão.