De bonnes nouvelles pour le secteur immobilier au Portugal sont apparues cette semaine, avec de nouvelles données montrant que les ventes de propriétés ont augmenté de 23% depuis que le pays a commencé à sortir du bouclage en mai.

Il a été décrit par le journal Expresso comme un «soupir de soulagement» pour les agents immobiliers qui ont vu leurs ventes chuter en mars en raison de la pandémie de coronavirus.

Selon les statistiques de Confidencial Imobiliário (CI), il y a eu une baisse annuelle de 41% des ventes immobilières au Portugal jusqu'en mai.

Mais la situation semble s'améliorer car les agences ont commencé à s'adapter à l'époque en proposant des visites virtuelles et d'autres solutions numériques.

Tout aussi remarquable, explique Ricardo Guimarães, directeur général de CI, est que la réduction des ventes n'a pas pesé sur les prix de l'immobilier.

"Le marché résiste à la stratégie de baisse des prix pour réagir à la chute des ventes", a déclaré Guimarães, ajoutant qu'il est certain que les prix reviendront à la normale après la pandémie, même s'ils baissent maintenant.

Les spécialistes de l'immobilier disent que la crise de Covid-19 a appris aux gens à «apprécier davantage leur maison» après avoir passé de longues périodes en quarantaine – et ce facteur est décrit comme la raison pour laquelle les prix restent stables.

En fait, les prix ont légèrement augmenté de 0,9% entre avril et mai, bien que ce taux soit inférieur aux augmentations moyennes de 1,5% et 2% enregistrées avant l'éclosion de Covid-19.

Selon Guimarães, 2020 a connu un début prometteur avec un taux stable de ventes immobilières, enregistrant son premier coup dur en mars, bien que le plus important ait été en avril, lorsque les ventes ont chuté de 53%.

"Pourtant, cela signifie qu'au milieu de notre confinement, le marché a pu maintenir la moitié de son activité pré-Covid", a-t-il déclaré.

Dans l'intervalle, l'association portugaise des professionnels et des agences immobilières (APEMIP) a confirmé que le marché immobilier ne fonctionne toujours pas à plein régime, bien qu'il y ait de l'optimisme parmi les professionnels.

Selon sa propre enquête, plus de 83% des propriétés ont maintenu leurs prix d'avant la crise.

"Il n'y a aucune raison de baisser les prix, sauf dans les cas où les prix sont spéculés", a déclaré le président de l'APEMIP, Luís Lima, à Expresso.

Comme il l'a expliqué, alors que lors de la dernière crise il y a eu un «excès» de maisons sur le marché qui a conduit à une baisse des prix, cette fois il y a un manque de propriétés à vendre, notamment dans les segments «moyen et moyen-bas» .

L'enquête a également révélé que 72,1% des agences ont rouvert juste après le début de la déconfinement du pays.

Selon une enquête réalisée par l'association, 74% des sociétés immobilières ont des «attentes élevées» pour les trois prochains mois, basées «principalement sur les signes positifs venant de l'étranger ainsi que sur le bon comportement sanitaire du pays».

michael.bruxo@algarveresident.com