L'étrange connexion portugaise à l'explosion massive qui a détruit une grande partie de Beyrouth en crise la semaine dernière est étudiée par les services secrets.

Les 2700 tonnes de nitrate d'ammonium qui ont explosé avec des conséquences vraiment dévastatrices ont été commandées par la société nationale d'explosifs Moura Silva & Filhos pour une société qu'elle dirige au Mozambique.

La cargaison était en route de la Géorgie vers le Mozambique en 2013 lorsque le bateau qui la transportait a été «saisi» à Beyrouth.

Les explosifs ont été retirés du navire en 2014 et stockés dans l'entrepôt 12, où ils sont restés alors que les responsables des ports ne savaient que trop à quel point la situation était potentiellement dangereuse.

Un certain nombre de ces fonctionnaires faisant actuellement l’objet d’une «enquête» pour incompétence dans la manière dont ils n’ont pas géré le nitrate d’ammonium, les services secrets portugais enquêteraient sur «l’arrière-plan».

Quel était le plan pour cette énorme quantité d'un produit chimique si explosif – à première vue, un engrais agricole qui peut être facilement transformé pour la fabrication de bombes?

Aujourd'hui, les rapports de stress indiquent que «les achats de Moura Silva & Filhos pour le Mozambique n'avaient pas besoin d'être enregistrés au Portugal».

SIED – la branche des services secrets créée pour «sauvegarder l'indépendance nationale, les intérêts nationaux et la sécurité extérieure de l'État portugais» – «va enquêter s'il existe des risques pour les intérêts portugais en Afrique étant donné que les explosifs produits par l'usine Le nitrate d'ammonium qui était dirigé aurait pu être détourné par des terroristes de Daech et d'Al-Quaida qui avaient attaqué dans le nord du Mozambique »à l'époque.

Selon le tabloïd Correio da Manhã aujourd’hui, jusqu’à hier, le Mozambique avait été informé qu’il n’y avait «aucune connaissance» de cette expédition de nitrate d’ammonium en route vers la société appartenant à Moura Silva & Filhos.

L'entreprise elle-même a apparemment déclaré qu'elle n'avait rien payé pour cela sous forme de transport.

Selon CM, toute l'histoire «suscite des doutes et des craintes» ici et à l'étranger.

Jornal Económico a quant à lui cité une source de l'usine du Mozambique (FEM) soulignant qu'elle se conformait toujours «scrupuleusement à toutes les exigences légales et aux meilleures pratiques internationales».

La source a également souligné qu '«elle ne paie jamais aucune cargaison avant qu'elle ne soit livrée», précisant, dit JE, qu'elle «n'en a aucune responsabilité».

FEM est sur le marché depuis 1955 et "n'a jamais eu de problèmes avec la manipulation des produits qui comptent", a déclaré la source.

Moura Silva & Filhos a commencé comme un petit fabricant de feux d'artifice familial. Il est basé à Povo de Lanhoso (district de Braga) et dispose désormais de cinq installations de stockage d'explosifs dans diverses régions du nord.

La société est le plus grand des quatre fabricants nationaux d'explosifs et détient une licence à cet effet auprès de la police PSP, déclare CM.

Il a commencé à produire et à envoyer des explosifs au Mozambique en 1999.

natasha.donn@algarveresident.com