Dans l’enquête publiée aujourd’hui, le LA Times remet en question la pertinence que l’Association de la presse étrangère à Hollywood (HFPA) a toujours dans l’industrie cinématographique aux États-Unis, rapportant que les membres de l’organisation reçoivent d’importantes rémunérations, dont la source n’est pas transparent, et tous ne sont pas effectivement des journalistes.

À partir d’entretiens avec plus de 50 personnes, dont des agents, des producteurs de studios de production et sept anciens et actuels membres de l’association, le journal nord-américain retrace une image de performance douteuse, protectionniste de ses membres et déconnectée de la réalité.

Selon le journal, un procès intenté en 2020 par le journaliste norvégien Kjersti Flaa est en cours, qui s’est vu refuser l’admission dans l’association, accusant HFPA de perpétuer «une culture de corruption» parmi ses membres et d’être de connivence avec les journalistes dont ils reçoivent de l’argent. studios de cinéma, tous réalisés «dans un code de silence».

En novembre, le juge fédéral a rejeté le procès, mais le journaliste a fait appel de la décision, comptant désormais également sur la participation dans l’affaire de la journaliste espagnole Rosa Gamazo.

Pour le journal, Kjersti Flaa estime qu’il est nécessaire de maintenir la pression publique sur HFPA pour l’obliger à changer: «Cela dure depuis de nombreuses années et continue. Il est temps pour eux de comprendre qu’ils doivent changer ».

Le LA Times a également confirmé que parmi les 87 membres il n’y a pas de Noir, un fait que l’association a admis et exprimé «engagé» pour le changement, d’autres représentent divers pays et il y en a encore «beaucoup qui ne sont pas vraiment des journalistes, car ils sont ne menace personne », comme l’a décrit un membre de l’organisation.

Il est également cité le cas d’un journaliste du journal français Le Monde, correspondant à Hollywood (Californie), qui a fini par renoncer à son adhésion à l’association après plusieurs tentatives infructueuses.

«J’étais très qualifié et professionnellement actif. À l’époque, j’étais même le seul membre étranger de l’association des critiques de télévision. Cela ne valait rien. Au bout d’un moment, j’ai arrêté d’insister [em tentar ser da HFPA]. Je pensais qu’ils étaient ridicules », a déclaré la journaliste française Claudine Mulard au LA Times.

Les Golden Globes étaient autrefois considérés comme une antichambre pour les Oscars, mais ces dernières années leur importance a été remise en question et même ridiculisée – par exemple, par l’humoriste Ricky Gervais, présentateur de diverses cérémonies.

Cette année, l’association a été largement critiquée pour avoir exclu des nominations aux Golden Globes plusieurs productions potentiellement candidates aux Oscars, telles que « Da 5 Bloods – Brothers in Arms » de Spike Lee, « Judas and the Black Messiah », de Shaka King, et « Ma Rainey: La mère du blues », de George C. Wolfe.

Le journal a également constaté qu’en tant qu’association à but non lucratif, HFPA effectue des «paiements substantiels» à ses membres – en 2020, il était de 1,6 million d’euros – pour appartenir à différents comités et accomplir certaines tâches.

L’association se défend en disant qu’il y a des préjugés contre les membres de l’association, que les comptes de l’association sont vérifiés et que la pratique de la compensation financière aux membres est basée sur ce qui est déjà pratiqué par rapport aux autres organisations à but non lucratif.

L’attribution des Golden Globes, qui dure depuis près de quatre-vingts ans par an, est l’aspect le plus visible de la performance de la Foreign Press Association à Hollywood.

Le journal rappelle que chaque année la cérémonie de remise des prix totalise entre 18 et 20 millions de téléspectateurs, un nombre généreux et qui est toujours considéré par les studios de cinéma comme un point clé dans le calendrier des récompenses vers les Oscars.

«Le problème est que les studios en ont besoin», a admis l’agent de l’un des studios hollywoodiens, qui a refusé d’être nommé.

La 78e édition des Golden Globes est prévue le dimanche 28 février, avec une présentation de Tina Fey et Amy Poehler et la cérémonie ne sera que virtuelle, compte tenu de la situation épidémiologique du covid-19 aux États-Unis.

Le film «Mank», de David Fincher, et la série «The Crown», produite par la plateforme Netflix, sont en tête des nominations.

SS // TDI

Le contenu Conduite de l’association attribuant les Golden Globes aux USA interrogée – la presse apparaît en premier dans Vision.