L'Autorité de la concurrence (AdC) a infligé une amende de 84 millions d'euros à MEO pour avoir combiné les prix et le partage de marchés avec l'opérateur NOWO dans les services de communications mobiles et fixes.

«L'Autorité de la concurrence (AdC) a infligé à MEO – Serviços de Comunicações e Multimédia, SA (MEO) une amende de quatre-vingt-quatre millions d'euros pour avoir combiné les prix et le partage des marchés avec NOWO – Communications, SA (NOWO) dans les services de communications mobiles et fixes », a annoncé aujourd'hui le Concours.

Selon le communiqué, le «célèbre cartel» a conduit à une augmentation des prix, ainsi qu'à une baisse de la qualité des services et à des restrictions sur leur disponibilité, pénalisant les consommateurs sur tout le territoire.

Cet accord était en vigueur au moins entre janvier et novembre 2018, lorsque l'AdC a effectué des recherches et des saisies dans les deux sociétés.

En janvier 2016, MEO et NOWO ont signé un contrat MVNO (opérateurs mobiles virtuels), par lequel la deuxième société était qualifiée pour fournir des services de communications mobiles au Portugal.

Les opérateurs MVN n'investissent pas dans des infrastructures telles que des tours ou des antennes, «louant le droit» d'utiliser une partie de l'infrastructure d'un opérateur de télécommunications.

L'AdC a expliqué qu'après la signature du contrat, les deux sociétés avaient conclu un accord anticoncurrentiel, par lequel NOWO "s'engageait à ne pas lancer de services mobiles en dehors des zones géographiques où il fournissait des services fixes".

Ainsi, l'entreprise n'a pas concurrencé MEO à Lisbonne et Porto.

NOWO a également accepté de ne pas proposer d'offres mobiles de cinq euros ou moins et de mettre en œuvre des augmentations de prix et de réduire la qualité des services fixes et mobiles groupés.

À son tour, MEO «s'est engagée, en substance», à améliorer les conditions du contrat MVNO signé avec NOWO, à savoir en ce qui concerne les prix, l'utilisation des infrastructures et la résolution des problèmes opérationnels dans le cadre de ce contrat.

Le 20 décembre 2019, le Concours avait adopté une note juridique contre les deux sociétés.

En plus de l'amende, l'autorité a également appliqué à MEO la sanction accessoire «pour publier un extrait de la décision finale prise par l'AdC dans la série II du Diário da República et dans un journal national d'expansion nationale».

Selon le Concours, la procédure avait pour origine une demande de clémence de NOWO, qui était ainsi dispensée du paiement d'une amende.

Le programme de clémence a un régime spécial qui prévoit la renonciation ou la réduction des amendes dans les procédures d'entente, la première entreprise à dénoncer une entente à laquelle elle participe peut bénéficier de la renonciation et les autres d'une réduction de l'amende.

L'entité dirigée par Margarida Matos Rosa a souligné que le droit de la concurrence interdit «expressément» les accords qui restreignent la concurrence, «en tout ou en partie sur le marché national», soulignant que la lutte contre les cartels est l'une des priorités de l'AdC.

"La violation des règles de concurrence réduit non seulement le bien-être des consommateurs, mais elle nuit également à la compétitivité des entreprises, pénalisant l'économie dans son ensemble", a-t-il conclu.

PE // JNM

Le contenu du concours condamne MEO à payer 84 ME pour avoir accepté les prix avec NOWO apparaît en premier dans Visão.