« On va surtout essayer de trouver une formule pour qu’il y ait une plus grande coordination entre les hôpitaux quand il y a des imprévus et essayer de faire comprendre très clairement à la population les types d’imprévus qui existent », le coordinateur national de la commission, le docteur Diogo Ayres de champs.

Le comité de suivi des interventions d’urgence en gynécologie, obstétrique et bloc d’accouchement a été annoncé la semaine dernière par la ministre de la Santé, Marta Temido, et se compose de six éléments, à savoir le coordinateur national et cinq autres cliniciens représentant chaque région du pays.

Diogo Ayres de Campos, directeur du service d’obstétrique du Centro Hospitalar Universitário Lisboa Norte et président de l’Association européenne de médecine périnatale, a estimé qu’il devrait y avoir une plus grande coordination entre les hôpitaux lors de la fermeture d’un bloc d’accouchement ou d’une urgence afin que cela ne se produise pas simultanément et de manière désordonnée, comme cela s’est produit ces derniers jours.

« Parfois, le bloc de livraison ferme, d’autres fois les urgences et quand ça va aux médias, ce n’est pas toujours très clair ce qui est fermé et cela peut causer une certaine confusion chez les femmes enceintes », a-t-il dit, soulignant que les utilisateurs doivent savoir où aller. .si pour conduire.

Diogo Ayres de Campos a souligné que la « première priorité » de la commission « est de trouver des solutions pour l’été », mais en même temps et puisqu’elle traite de « ces problèmes aigus », elle devra aussi commencer à « prendre le plus structurel et essayez des changements là-bas, sinon vous ne faites que réagir et ne planifiez pas ».

Le médecin a également indiqué qu’il n’y a pas, pour le moment, de durée fixe du comité de suivi, qui aura également pour tâche d’examiner la carte de référence hospitalière en santé maternelle et infantile.

Lorsqu’on lui a demandé si les services d’urgence d’obstétrique et de gynécologie et l’unité d’accouchement dans diverses régions du pays continueraient à avoir des problèmes dans les prochains jours, Diogo Ayres de Campos a déclaré qu’il n’était pas en mesure de répondre à cela pour le moment.

Le comité de suivi, qui a été nommé vendredi dernier, se réunira, lundi matin, avec le ministre de la Santé, et dans l’après-midi avec les administrations régionales de santé (ARS).

Ces derniers jours, plusieurs services d’urgence d’obstétrique-gynécologie et de bloc d’accouchement dans diverses régions du pays ont dû fermer pendant certaines périodes ou fonctionner avec des limitations, en raison de la difficulté des hôpitaux à remplir les listes de services des médecins spécialistes.

Mercredi dernier, Marta Temido a annoncé la création d’une commission de suivi de la réponse des urgences gynécologiques et obstétriques et des blocs d’accouchements hospitaliers.

CMP // JH

lunes/fin