1-1-e1669908198824-png
la-cgtp-rappelle-quelle-a-toujours-mis-en-garde-contre

La CGTP rappelle qu’elle a toujours mis en garde contre le « risque » d’une majorité absolue

La secrétaire générale de la CGTP, Isabel Camarinha, s’adressait aux journalistes à l’issue d’une rencontre avec le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, au palais de Belém, à Lisbonne, dans le cadre des audiences aux partenaires sociaux .

Interrogé pour savoir si la crise politique actuelle liée à la TAP, qui a conduit à la démission de trois responsables gouvernementaux, a été abordée lors de la rencontre avec le chef de l’Etat, Camarinha a souligné que l’intersyndicale « a toujours considéré que les majorités absolues ne profitent pas aux situation des travailleurs et de la société, population générale ».

« Pas maintenant. Avant les élections, nous avions prévenu de ce risque à la majorité absolue. Il y a effectivement des comportements qui ne répondent pas aux besoins des travailleurs et des populations et il y a un certain nombre de situations qui se sont produites que le gouvernement devra résoudre », a déclaré le dirigeant syndical.

Cependant, a-t-il ajouté, « pour la CGTP, la question est les options que prend le gouvernement, les options qu’il faut changer et le changement de cap qui s’impose dans notre pays ».

« Ce que nous transmettons [ao Presidente da República] c’est que cette majorité absolue ne répond pas aux problèmes et aux besoins des travailleurs et puis il y a aussi un manque de rigueur dans certains comportements qui ont des conséquences au niveau du Gouvernement », a renforcé Isabel Camarinha.

Pour la CGTP, « la question fondamentale n’est pas que le ministre A, le secrétaire d’Etat B ou le secrétaire d’Etat C changent », mais « quelle est l’option que fait le gouvernement par rapport à la situation que nous vivons », à savoir concernant l’augmentation du coût de la vie et la « dégradation des conditions des travailleurs et de la population en général ».

Outre la CGTP, le président de la République recevait précédemment la Confédération du commerce et des services du Portugal (CCP), suivie après l’intersyndicale par la CIP – Confédération des entreprises du Portugal. Mercredi, le chef de l’Etat a reçu la Confédération du tourisme du Portugal (CTP) et l’UGT au Palais de Belém.

Le ministre des Infrastructures et du Logement, Pedro Nuno Santos, a démissionné mercredi soir pour « assumer politiquement la responsabilité » du dossier d’indemnisation de 500 mille euros de la TAP à l’ancien secrétaire d’État au Trésor.

Il s’agissait de la troisième démission du gouvernement en deux jours, après Alexandra Reis, du portefeuille du Trésor, au centre de la polémique sur l’indemnisation, et le secrétaire d’État aux Infrastructures, Hugo Santos Mendes, qui a suivi la décision de Pedro Nuno Santos. .

Le ministre des Finances, Fernando Medina, a limogé mardi le secrétaire d’État au Trésor, moins d’un mois après la prise de fonction d’Alexandra Reis et après quatre jours de polémique sur l’indemnisation de 500 mille euros de la TAP, supervisée par Pedro Nuno Santos.

DF // EA

Articles récents