S'adressant aux journalistes à l'Assemblée de la République à Lisbonne, André Silva a commencé par dire que l'avis de la BCE «n'apporte rien de nouveau».

Le député a par la suite soutenu que l'avis de la BCE démontrait qu '"il n'y a aucune contrainte pour le parlement portugais de légiférer sur les périodes entre les mandats, pour la nomination du gouverneur de Banco de Portugal".

"Le parlement portugais a tous les pouvoirs et libertés pour légiférer en ce sens, il n'y a pas de contraintes du point de vue, ni constitutionnel, comme on le savait déjà, ni du point de vue normatif européen", a-t-il insisté.

Selon lui, «il est clair, il est clair» que «cette demande d'avis n'était rien de plus qu'un processus de retard de la part du Parti socialiste pour retarder le processus législatif, de sorte que le gouverneur du Portugal a été nommé sans aucune règle relative aux conflits de intérêts ".

"En tout cas, nous sommes franchement ouverts et disponibles pour que, en septembre, le projet de loi PAN puisse être débattu et voté dans la spécialité, car il reste valable et important", a souligné André Silva , notant que l'initiative «ne s'applique pas uniquement au gouverneur de Banco de Portugal, mais s'applique également aux membres du conseil d'administration».

La BCE considère que le projet de loi PAN qui vise à modifier les règles de nomination du gouverneur de Banco de Portugal "n'est pas en contradiction avec l'exigence d'indépendance de la banque centrale", mais l'article qui visait à interrompre la nomination de Centeno est "un peu vague »et devrait être clarifiée.

Dans un avis rendu aujourd'hui, en réponse à une demande du parlement à l'initiative du député PSD Duarte Pacheco, la BCE commence par convenir avec le PAN que le diplôme «ne ferait pas que renforcer l'implication du parlement portugais dans le nouveau processus de nomination du gouverneur et des autres membres du conseil d'administration de Banco de Portugal, ainsi que l'introduction d'un nouvel ensemble de règles d'incompatibilité pour éviter les conflits d'intérêts dans l'exercice des fonctions de gouverneur et d'autres membres »de l'administration.

La BCE rappelle, à cet égard, que «les États membres peuvent librement fixer les conditions de nomination des membres des organes de décision de leurs banques centrales nationales, à condition qu'elles n'entrent pas en conflit avec les caractéristiques de l'indépendance de la banque centrale qui découlent de traités ».

Le PAN voulait que le diplôme s'applique déjà à la nomination du nouveau gouverneur, Mário Centeno, mais la majorité parlementaire s'est opposée à une «loi sur mesure» et, à présent, la BCE ne conclut rien directement à ce sujet.

Pour autant, il note que l'article qui vise à empêcher la nomination de personnes qui, au moment de la nomination, occupent des postes susceptibles de nuire à leur indépendance, comme le PAN l'a compris avec Centeno, est «un peu vague et bénéficierait d'une plus grande clarification".

Fin juin, l'Assemblée de la République a suspendu pendant quatre semaines l'évaluation notamment du projet PAN qui modifie les critères de nomination du gouverneur de Banco de Portugal jusqu'à ce que l'avis requis parvienne à la Banque centrale européenne (BCE).

Le vote sur le diplôme était prévu pour le 3 juillet, mais au début du mois, à l'initiative du député social-démocrate Duarte Pacheco, la BCE a été sollicitée pour un avis urgent sur le contenu du diplôme.

L'un des objectifs du projet PAN, qui était d'arrêter la nomination de Mário Centeno au BdP, s'est effondré depuis et l'ancien ministre des Finances d'António Costa a succédé lundi à la présidence de la banque centrale portugaise.

FM (JPS) // JPS

Le contenu de la BCE confirme qu '«il n'y a pas de contraintes» dans l'AR légiférant sur la nomination pour BdP – PAN apparaît en premier dans Vision.