Le chercheur de la School of Oriental and African Studies University of London a souligné qu'il existe une interconnexion entre la dévaluation du kwanza, la politique de change, l'inflation et la politique monétaire, "un problème qui n'est pas d'actualité", bien qu'il soit devenu plus prononcé.

Fernandes Wanda a noté que le kwanza s'est toujours dévalué par rapport au dollar, sauf entre 2004 et 2008, période au cours de laquelle il a connu un taux de change favorable grâce à un programme de stabilisation macroéconomique soutenu par les prix du pétrole qui a permis la constitution de réserves nettes.

"Si l'on calcule de 2017 à nos jours, le kwanza a dévalué de 249%, ce qui est brutal, mais c'était nécessaire car la Banque nationale d'Angola (BNS) avait besoin de défendre ses réserves", a expliqué l'académicien, soulignant que l'appréciation ancrée dans les réserves internationales nettes, qui à leur tour étaient ancrées dans le prix du pétrole, «c'était une stabilité très fragile».

À partir de 2018, la BNA a changé de stratégie, tentant une stabilisation macroéconomique par le biais de la politique monétaire, mais continue d'avoir besoin de réserves, c'est-à-dire de devises fortes en échange, car l'Angola dépend fortement des importations et veut faciliter l'attraction des investissements étrangers. .

"Les entrepreneurs veulent investir dans un pays (en) où ils savent qu'ils peuvent rapatrier des dividendes, c'est une mesure importante pour attirer les investissements étrangers directs", a souligné le spécialiste.

Les réserves nettes internationales (RIL) du pays, jusqu'à la fin du mois de mai, représentaient 10,2 milliards de dollars, soit moins que les investissements directs.

«Si nous regardons le« stock »d'investissement direct, fin 2019, il était d'environ 18,6 milliards, ce qui signifie que si tous les investisseurs voulaient se retirer, l'Angola ne serait pas en mesure de rembourser ce montant, car les réserves sont en dessous », a déclaré Fernandes Wanda, ajoutant que« c'est un mauvais indicateur ».

La BNA défend désormais les réserves par le biais de la politique monétaire et a ajusté le coefficient des réserves obligatoires en monnaie nationale de 17 à 22%, un coefficient qui pourrait être réduit "pour fournir des liquidités au marché", à condition qu'il soit bien contrôlé, préconise l'économiste angolais. .

«S'ils descendaient à 15% ou 20%, il y aurait de la liquidité, mais l'inflation augmenterait. La manière d'éviter cela et de contrôler le montant qui sera débloqué est de le canaliser vers le crédit au secteur productif, qui n'a pas reçu suffisamment », a poursuivi Fernandes Wanda, prévoyant que le niveau de dévaluation restera jusqu'à ce que cela se produise, plus à un moment où le monde a encore du mal à contrôler la pandémie de Covid-19.

«L'Angola dépend des importations et la principale source de devises, qui permet les importations, est également en baisse, qui est le pétrole. Elle continuera avec une tendance à diminuer si le monde n'est pas en mesure de contrôler les nouvelles flambées et de stabiliser la situation pandémique, il n'y aura pas de consommation », a-t-il dit.

RCR // JLG

Le contenu de Kwanza a dévalué près de 250% depuis 2017 et continuera de baisser, prédit un économiste qui apparaît d'abord à Visão.