Dans une interview à l’agence Lusa, Kia Henda explique que l’installation «Red Light Square – history is a bitch project: Kinaxixi» profite des transformations qui se sont produites sur cette place de la capitale angolaise, au fil des différentes périodes de son histoire, pour réfléchir à ce passé, du colonialisme à la guerre civile, à la paix et à l’étalement urbain, à la cupidité et au blanchiment d’argent, pour finalement atteindre «une dimension universelle», identifiable dans le rapport d’un peuple à son espace public et à sa mémoire.

L’invitation est venue de l’organisation du festival aux Pays-Bas, qui complètera un demi-siècle cette année, avec l’artiste né en 1979 développant «Red Light Square…» dans une résidence de la ville de Porto, dans le cadre du programme INResidence, de la société municipale Ágora .

A l’Institut, projet lié à l’architecture et aux arts plastiques, il développe «le modèle de l’installation», un rectangle de lumière rouge qui définit un espace à «cinq figures, chacune représentant l’un des cinq moments de la chronologie du carré».

«La performance au festival comprendra également de la musique live et un texte récité qui révélera l’histoire de Kinaxixi et d’une nation, non sans quelques accessoires fictifs», lit-on dans la présentation.

L’invitation de Paulo Moreira, fondateur et directeur artistique de l’Institut, pour une nouvelle collaboration, fait suite à d’autres œuvres, telles que «A Sala da Nação», présentée à la Triennale d’architecture de Lisbonne, en 2013, et le «Memorial de Homenagem às Slave People », que Kia Henda installera au Campo das Cebolas, à Lisbonne.

Dans cette résidence de Porto, développée en deux phases car traversée par l’inauguration de «Quelque chose s’est passé sur le chemin du paradis», à Lisbonne en novembre, l’Angolais a travaillé et présenté le modèle, brevet à l’Institut jusqu’au dernier jour de 2020.

Prendre cette place à Luanda et «comme pour la transporter à Rotterdam» suit le «symbolisme très fort dans l’histoire de la ville et même du pays» que possède Kinaxixi – une histoire qui traverse la période précoloniale, du côté mythologique, jusqu’à aujourd’hui.

Avant, dit-il, «il y avait un lac» dans cet espace, avec un mythe associé, celui de Kianda, «semblable à celui d’Iemanjá au Brésil», à propos duquel Pepetela écrivait «O Desejo de Kianda», avant même la transformation de la place, éliminé pendant la période coloniale.

Il suit le monument Maria da Fonte, inauguré en 1937, rappelant la Grande Guerre, et, après l’indépendance en 1975, le monument a été enlevé, avec de la dynamite, et a même été remplacé par un char de guerre soviétique.

Avec la chute du bloc soviétique, et le début d’une autre période politique, «le piédestal est vide un peu plus d’une décennie, jusqu’à ce qu’à la fin de la guerre civile, en 2002, un monument de la reine Nginga soit placé».

Mais l’histoire de cette place de Luanda ne s’arrête pas là: avec plusieurs projets de construction répartis dans la ville après «le boom pétrolier et la croissance économique», le projet «un grand centre commercial» pour cet espace, encadré dans une série de «projets urbains pour Luanda, étroitement liés aux mécanismes de blanchiment d’argent et de blanchiment d’argent».

La reine Nginga a été enlevée, « pour se rendre sur une nouvelle place », comme annoncé à l’époque, et à sa place « trois tours, qui sont inachevées, et sans estimation de ce qui pourra en finir » furent érigées.

« Pour moi, ces tours représentent aujourd’hui un monument à la cupidité, au blanchiment de capitaux », a déclaré Kiluanji Kia Henda à Lusa. « Il était important de parler de tous ces changements dans Largo de Kinaxixi, entre un être mythologique et les tours de béton inachevées », a-t-il commenté.

De ces siècles d’histoire, qui «n’ont pas gelé» et qui vit d’une «volonté de changer selon le moment où vous vivez», ce que vous avez exploré dans votre travail au cours de la dernière décennie, les téléspectateurs de Rotterdam auront encore une autre dimension.

«L’histoire de la performance est liée au corps d’une femme. D’une travailleuse du sexe. C’est comme créer un parallèle avec les changements du carré. (…) Parce que les changements n’étaient pas pacifiques, ils ont été violents, et le texte en parle. On parle du carré, ou d’un corps spécifique, qui est colonisé, qui est violé, un corps qui subit toute une métamorphose, ainsi que l’Histoire elle-même », explique-t-il.

Les spectateurs pénètrent dans une «chambre noire géante», avec des images et des sons travaillant sur la perception et la narration d’une histoire, avec une performance basée sur «des mouvements très simples et basiques», liés à la construction et à la déconstruction des monuments de la place.

S’il est évident que «l’Angola est là», dans l’histoire de cette femme, et le parallèle entre l’espace urbain et le corps, il y a «une dimension universelle» dans la relation de tout peuple «avec l’espace public, avec la mémoire» et avec divers traumatismes qui se développent à travers l’histoire.

«Pour moi, ce n’est plus seulement une question d’Angola, c’est une question universelle d’un monde en perpétuel changement. Et combien il est important pour nous de comprendre ce que ces mutations impliquent dans notre vie quotidienne. Qu’est-ce que ces moments et ces périodes historiques continuent d’avoir un impact sur nos vies. Que pensons-nous, après tout, qu’il faut changer? », Demande-t-il.

Artiste multidisciplinaire, qui travaille principalement avec la photographie, la vidéo et la performance, le travail de Kia Henda marque la réflexion sur la mémoire collective et les espaces publics, après avoir remporté le Prix national de l’art et de la culture, du ministère de la Culture de l’Angola , en 2012, et le Frieze Artist Award, de la foire d’art londonienne du même nom, en 2017.

Il était déjà présent à la Biennale de São Paulo, a été sélectionné pour des expositions collectives au Centre George Pompidou, à Paris, en 2020, à la Tate Modern, à Londres, en 2018, et au Guggenheim de Bilbao, en 2015, la même année dans le cadre d’un spectacle au Smithsonian de Washington, entre autres initiatives internationales dans le domaine des arts visuels.

Aux Galeries municipales de l’Avenida da Índia, à Lisbonne, l’exposition «Quelque chose s’est passé sur le chemin du ciel», qui répond aux attentes des immigrés, de trouver un paradis en Europe (et ce paradis s’estompe) est toujours ouverte aujourd’hui. après avoir traversé la Méditerranée.

SIF // MAG

Le contenu de Kia Henda décolle de Luanda au Festival de Rotterdam pour parler du passé de l’Angola apparaît d’abord dans Visão.