Isabel dos Santos a nié aujourd'hui avoir reçu des virements injustifiés d'Unitel, garantissant avant d'être créancier de l'opérateur de télécommunications qu'elle n'aurait pas restitué un prêt qu'elle aurait obtenu de l'actionnaire Vidatel Ltd., contrôlé par la femme d'affaires angolaise.

Vidatel Ltd., qui détient 25% d'Unitel, conteste dans un communiqué auquel Lusa a eu accès, la nouvelle que la fille de l'ancien président angolais, José Eduardo dos Santos, aurait profité de sa participation dans l'opérateur pour transférer, sans justification, des fonds sur les comptes de Vidatel Ltd. au Portugal.

L'argent circulerait ensuite sur les comptes des entités Unitel Internacional Holding BV, Athol Limited et Sílaba Real Estate Limited, en plus des comptes d'Isabel dos Santos auprès de BPI et Eurobic.

Selon Vidatel, «il n'y a jamais et il n'y a jamais eu» de transferts injustifiés d'Unitel à Vidatel Ltd ou à des comptes personnels Isabel dos Santos, car ceux qui ont été effectués sont liés aux «dividendes autorisés par l'Assemblée générale d'Unitel et aux salaires, comme stipulé contrats de travail et de mandat ».

D'autre part, elle garantit qu'Unitel SA "a des dettes envers Vidatel Ltd dont l'existence est due à des raisons uniquement imputables" à l'opérateur de télécommunications.

Le problème est le non-remboursement, en 2016, du prêt qu'Unitel a obtenu de Vidatel, une dette qui «est dûment enregistrée dans les comptes audités d'Unitel, certifiée par un auditeur externe, et reconnue et approuvée par l'Assemblée générale pour plusieurs années".

Vidatel ajoute qu '"il passera en vertu de la loi et du pacte d'actionnaires conclu par les différents actionnaires d'Unitel, pour effectuer cette clarification" avec l'opérateur lui-même.

Jusqu'en janvier de cette année, Unitel était contrôlée par quatre actionnaires, chacun avec 25%: PT Ventures (détenue par la société brésilienne Oi), la société pétrolière d'État Sonangol, Vidatel (d'Isabel dos Santos) et Geni (de général Leopoldino «Dino» Fragoso do Nascimento).

Le 26 janvier, Sonangol a racheté PT Ventures en totalité, pour 1 milliard de dollars (900 millions d'euros), devenant ainsi le premier actionnaire de l'opérateur angolais.

En décembre de l'année dernière à Luanda, le tribunal de Luanda a décrété la saisie préventive des comptes et participations d'Isabel dos Santos, de son mari Sindika Dokolo et de son manager Mário Filipe Moreira Leite da Silva, ancien président du conseil d'administration de Banco de Fomento de Angola (BFA).

Parmi les sociétés qui ont fait l'objet de la saisie des participations, Unitel est incluse.

RCR // PJA

Le contenu d'Isabel dos Santos affirme qu'Unitel doit de l'argent à l'une de ses sociétés apparaît en premier à Visão.