Le spectacle s’intitule « Les grandes joies arrivent enfin » et, adoptant un vers de l’auteur distingué en 1998 par le prix Nobel de littérature, comme désignation formelle, il aura trois expositions dans les jardins de la Bibliothèque municipale, constituant un débuts absolus dans le programme qui mènera à la ville mentionnée dans le district d’Aveiro plus de 140 représentations par 35 entités de 16 pays.

Le projet est dirigé par l’artiste local Fábio Afonso qui, après avoir conçu une partie des textes et idéalisé les matériaux scéniques pour le spectacle commandé par Imaginarius lui-même, a mené une résidence artistique avec 10 lycéens et étudiants qui se sont portés volontaires pour participer à la production et qui seront également sur scène les 26, 27 et 28 mai, en tant que ‘performers’.

Dans une interview avec Lusa, Fábio Afonso a déclaré que Saramago n’est pas toujours facile et qu’il est lui-même un converti récent : « Au lycée, j’ai dû lire le ‘Memorial do Convento’, mais, malgré avoir trouvé l’oiseau, je n’étais pas impressionné par le travail, peut-être parce qu’à ce moment de notre vie nous ne sommes pas encore assez mûrs pour un livre comme celui-ci. Mais plus tard, avec ce projet, j’ai lu d’autres œuvres de Saramago et maintenant je connais beaucoup mieux son imagination — qui pose des questions absurdes, pose des questions étranges, a beaucoup de fantaisie ».

Le spectacle débutera ainsi par « une préface » qui servira d’introduction à neuf points du parcours, comme dans un parcours à travers différentes gares et destinations qui s’illuminent au fur et à mesure de l’évocation de l’œuvre qui les a inspirées.

Dans des associations plus évidentes pour ceux qui connaissent les œuvres de Saramago, cela permettra de découvrir, par exemple, un aquarium dans lequel le bras de Camões tient à flot une copie de « Os Lusíadas », dans une évocation de la pièce de théâtre « Que vais-je faire de ce livre ? ? », ou une vasque en zinc dans laquelle le bain est fait avec des savons moulés en forme de la péninsule ibérique, dans une adaptation de « A jangada de pedra ».

« Mais le spectacle est aussi pour ceux qui n’ont jamais lu Saramago », a garanti Fábio Afonso.

Cette découverte sera encouragée aux points de croisement de la littérature avec la culture générale, comme cela arrive lorsque les actrices s’efforcent de construire une colonne de livres avec des rochers rouges et bruns, en référence à la fois au roman « Tous les noms » et au mythe de la Tour de Babel.

Dans le même contexte d’allégories et de réalités parallèles, le dispositif scénique de « L’Homme dupliqué » a été traité comme la légende de Narcisse, à l’aide d’un miroir que l’on polit devant le public, et « La caverne » retrouvera l’idéologie du philosophe Platon. , dans un jeu de dessin et d’ombre chinois.

« Au fond, les livres choisis pour le parcours sont très différents », a conclu le créateur et réalisateur de l’émission, « mais ils répètent toujours l’élément d’une certaine absurdité, transportant le spectateur dans le monde fantastique de Saramago et soulevant, même chez ceux qui n’ont jamais rien lu par lui, curiosité pour son œuvre et son univers littéraire ».

L’édition 2022 d’Imaginarius n’est pas la première à rendre hommage à José Saramago. Selon les directeurs du festival, en 2011, l’événement faisait déjà partie du spectacle « The Blind », une production de la société polonaise KTO basée sur le livre « Ensaio Sobre a Cegueira », et deux ans plus tard, la même chose s’est produite avec le groupe de théâtre O Bando, qui a créé lors de l’événement le spectacle « Jangada de Pedra » — même en présence de la veuve de l’écrivain.

La bibliothèque municipale de Feira a également accueilli Saramago, qui le 16 novembre 2002 y a fêté ses 80 ans, en participant à une conférence sur sa carrière, en ouvrant une exposition artistique sur son travail et en assistant à un spectacle dans lequel les actrices Laura Morante, Marisa Paredes et Maria de Medeiros a lu des extraits de « Memorial do Convento » et « Ensaio sobre a Cegueira ».

AYC // TDI