Environ huit Angolais sur 10 considèrent que le gouvernement du pays a des performances «mauvaises» ou «très mauvaises» dans le développement de son économie, selon une étude réalisée par Afrobaromètre publiée aujourd'hui.

«Environ huit Angolais sur 10 évaluent les performances du gouvernement en matière de maintien de la stabilité des prix (78%), de création d'emplois (75%) et d'amélioration des conditions de vie des pauvres comme« mauvaises »ou« très mauvaises » 75%) et la direction générale de l'économie (71%) », se réfèrent aux conclusions publiées aujourd'hui.

Selon les données publiées par Afrobaromètre, un réseau de recherche panafricain non partisan qui fournit des données quantitatives sur l'expérience et l'évaluation des Africains de la démocratie, de la gouvernance et de la qualité de vie, les résidents des provinces de Luanda et Cabinda ils sont les plus mécontents de la performance du gouvernement João Lourenço.

Dans le cas de Luanda, 88% des répondants sont mécontents de la performance de l'exécutif en matière de création d'emplois, tandis que 90% sont mécontents de la performance du gouvernement en matière de maintien de la stabilité des prix.

À Cabinda, l'étude rapporte que 90% des répondants sont mécontents de leurs performances en matière de création d'emplois et 89% ne sont pas satisfaits du travail du gouvernement pour maintenir la stabilité des prix.

«Ces évaluations très négatives que les Angolais font des performances macroéconomiques du gouvernement révèlent également les défis auxquels le pays est confronté pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) n ° 8 des Nations Unies (« Travail décent et croissance économique ») et n ° 10. («Réduire les inégalités») », souligne le document.

Dans les zones urbaines, la désapprobation du gouvernement à l'égard de la création d'emplois est de 80%, tandis que dans les zones rurales, elle atteint 65%.

En ce qui concerne l'évaluation de la performance de l'exécutif angolais dans le maintien de la stabilité des prix, 84% de la population des régions urbaines est insatisfaite, tandis que dans les régions rurales, le taux d'échec atteint 68%.

Il existe également un taux d'échec plus élevé pour les performances du gouvernement en fonction du niveau d'éducation formelle obtenu.

Selon les données publiées, 64% de la population sans éducation formelle n'est pas satisfaite des performances en matière de création d'emplois et 67% n'approuve pas les efforts consentis pour maintenir la stabilité des prix.

En revanche, la population titulaire d'un diplôme universitaire a un taux d'échec de 88% en termes de création d'emplois et de 90% en termes de maintien de la stabilité des prix.

Pour cette enquête, l'équipe Afrobaromètre, dirigée par Ovilongwa – Public Opinion Studies, a interrogé 2400 Angolais adultes, entre le 27 novembre et le 27 décembre 2019.

En août, l'Institut national angolais de statistique (INE) a annoncé que le taux de chômage au deuxième trimestre 2020 en Angola avait augmenté de 4% par rapport à la même période de l'année dernière, estimé à 32,7% et autour de 4, 7 millions de chômeurs.

Selon le dernier indice national des prix à la consommation, également issu des statistiques angolaises du Portugal, l'inflation angolaise s'est accumulée au cours des 12 derniers mois, entre septembre 2019 et août 2020, à 23,41%, la valeur la plus élevée depuis décembre 2017 (23,67%).

Depuis le début de l'année, les prix à la consommation intérieurs ont augmenté de 15,97% au total, la valeur la plus élevée des quatre dernières années. En 2019, ce chiffre était de 9,85%, soit moins que l'année précédente (10,88%) ou en 2017 (15,65%).

JYO // VM

Le contenu Huit Angolais sur 10 attribuent une note négative à la performance économique du gouvernement – une étude paraît d'abord dans Visão.