« Pendant la pandémie, quand on faisait les paniers [de alimentos e outros produtos essenciais distribuídos pela UA] tout le monde parlait des histoires de la route, des spectacles et on s’est dit qu’il était temps d’écrire le livre », une « vieille » idée, a raconté à Lusa, Ricardo Queluz, technicien du son et l’un des fondateurs d’UA.

L’expression « un jour, nous devons écrire un livre » a été répétée tellement de fois au fil des ans par ceux qui travaillent dans des émissions musicales, dans des moments de partage d’histoires, qu’elle est devenue réalité.

Pour « Pela Estrada Fora – Histórias do Rock Português », l’idée était d’obtenir « des histoires qui rapportent le travail » des professionnels du secteur lors de concerts et l’idée était « que tout le monde soit englobé ».

Par conséquent, parmi les narrateurs des 87 histoires racontées dans le livre figurent des musiciens, tels que Manel Cruz, Tó Trips, Nuno Prata, Francisco Rebelo, João Cabrita, Susana Félix, Miguel Ângelo, Luís Varatojo, Flak et Fred Ferreira, des éclairagistes tels comme Cláudio Silva, Ricardo Gaiolas et Margarida Moreira, des techniciens du son comme Joe Fossard, Helena Ramos et Susana Pereira, des road managers comme Francisco Morgado, Duarte Dionísio et Kabeca, et des agents comme Célia Costa et Alain Vachier.

Ce que ces professionnels ont décidé de partager, ce sont « des choses qui se sont passées et qui ont une certaine blague », et à travers lesquelles « les gens perçoivent la manière d’être et la manière dont étaient les spectacles, car il y a une grande différence des années 1990 à aujourd’hui ». « Maintenant, les choses sont beaucoup plus professionnelles », a estimé Ricardo Queluz.

Le livre sera présenté lundi, au Cinéma São Jorge, à Lisbonne, à 18h00, lors d’une séance avec la présence de Tó Trips, João Cabrita, Margarida Moreira et Nuno Preto.

Ce jour-là, il y aura des livres à vendre, qui seront ensuite disponibles dans divers endroits. En outre, toute personne souhaitant acheter « Sur la route – histoires de rock portugais », peut contacter l’UA, via le « email » geral@uniaoaudiovisual.pt.

Les recettes reviennent « en totalité » à l’UA, « qui continue d’aider les gens ».

En avril 2020, environ un mois après la fermeture des salles de concert en raison du covid-19 et le chômage de milliers de personnes, cinq amis ont commencé à promouvoir des collectes de nourriture pour aider leurs collègues professionnels dans un secteur où l’informalité dans les relations de travail est assez courante.

Le groupe informel de cinq personnes, formé en avril 2020, à Lisbonne, est aujourd’hui une association dans laquelle plus de 50 personnes travaillent bénévolement du Nord au Sud du pays.

Il existe plusieurs façons d’aider União Audiovisual. Sur le ‘site’ UA (https://uniaoaudiovisual.pt/) il y a toutes les manières possibles de faire des dons, soit par la livraison de nourriture sur les lieux de collecte, soit par des dons financiers.

De plus, des initiatives spécifiques qui existent dans tout le pays, auxquelles il est possible de contribuer, sont partagées sur les comptes UA sur les réseaux sociaux.

JRS // TDI