Hannover Messe’22 se déroule en Allemagne, du 30 mai au 2 juin, et sera inaugurée par le chancelier allemand, Olaf Scholz, et le Premier ministre portugais, António Costa.

« Il s’agit du plus gros investissement de l’AICEP au cours de la dernière décennie [Agência para o Investimento e Comércio Externo de Portugal] dans une action de promotion », explique Luís Castro Henriques, soulignant qu’il y a « environ trois millions d’euros de promotion directe à la foire », « à travers un pavillon central », où le Portugal aura un espace de conférence « sur une base permanente et un très , très grand, non seulement de bons produits portugais innovants et technologiques, mais aussi de bons partenariats entre les entreprises portugaises et les entreprises allemandes », ainsi que des entreprises allemandes avec le secteur universitaire portugais.

Aussi « nous aurons un ensemble de pavillons satellites répartis sur toute la foire et, donc, une présence, je dirais, partout », décrit le président de l’AICEP.

En outre, « nous avons également un soutien indirect » pour la présence de petites et moyennes entreprises (PME) au salon, « dans lequel environ 1,2 million d’euros supplémentaires seront utilisés », explique le responsable.

Donc, en chiffres globaux, « on parle d’un investissement de quatre millions d’euros de la part de l’État portugais », résume-t-il.

Il s’agit « d’un nombre très important et dont nous espérons que le retour sera de l’ordre de centaines de millions d’euros d’augmentation des exportations, soit directement, par le biais d’achats directs auprès d’entreprises portugaises, soit également par le biais d’investissements allemands, qui sont de nature exportatrice, comme nous l’avons vu ces dernières années et, par conséquent, qui sera réexportée du Portugal », a souligné Luís Castro Henriques.

Quant aux attentes, elles « sont très positives », conclut-il, notant que le fait que le Portugal soit un « pays partenaire découle d’un choix fait par l’État allemand et, par conséquent, il y a ici une logique claire de l’État allemand lui-même indiquant à son industrie que le Portugal est une bonne destination pour la production industrielle, pour les partenariats et pour l’investissement » et « cela seul est très positif ».

Ensuite, l’AICEP « y a cru pendant plusieurs années et, de fait, au début de cette négociation, nous étions pleinement conscients que nos entreprises de ces secteurs — on parle de mécanique de précision, de métallurgie, de machinerie, d’énergie, d’automatismes, de solutions numériques pour l’industrie — Le Portugal a, en effet, des offres surprenantes ».

Hannover Messe’22 est donc « le salon idéal pour nous de pouvoir changer la perception (…) de l’industrie intermédiaire allemande », ceci parce que « nous avons aujourd’hui 550 entreprises allemandes opérant au Portugal, si nous les regardons, toutes les grandes entreprises allemandes opèrent ou produisent ou ont déjà des centres de développement « logiciels » », c’est-à-dire « elles sont déjà là ».

Par conséquent, « ce que nous voulons, c’est changer exactement la perception des autres qui ne savent toujours pas » et d’où l’expression « avec laquelle le Portugal se rend à Hannover Messe’22 – ‘Portugal make sense’ [Portugal faz sentido] », il explique.

« Nous sommes pleinement conscients et convaincus que notre industrie est prête à être au meilleur salon du monde, qui a des solutions compétitives pour surprendre » lors de l’événement « et qu’elle parvient à avoir une approche compétitive pour traiter avec ses pairs et partenaires allemands » , renforce Luís Castro Henriques .

En effet, « il n’y a pas d’opportunité de plus grande notoriété au niveau industriel, ni pour le travail des métaux, ni pour les machines de précision, ni pour les solutions numériques pour l’industrie, ni pour les logiciels de gestion industrielle intégrés dans l’industrie 4.0, ni pour les nouvelles solutions énergétiques que le Hanovre équitable », insiste-t-il.

De plus, « le fait que le Portugal soit un pays partenaire est clairement un pari énorme ici à l’AICEP et je suis très content de ce pari », souligne le président de l’agence.

Au moment où le monde sort de la pandémie, « nous nous attendons à ce que la grande majorité des visiteurs cette année continue d’être des Allemands et des Européens (…) », donc l’accent « est clairement l’Allemagne et puis, évidemment, , le reste des pays européens », poursuit-il.

Hannover Messe divulgue « tout ce qui se passe au salon au niveau mondial, de la Chine aux États-Unis et donc nous espérons également capitaliser là-dessus, mais si vous nous demandez quel est notre objectif premier, c’est clairement de faire travailler l’industrie allemande », souligne-t-il. .

Luís Castro Henriques ajoute qu’il y a un cycle de conférences « très, très grand » à la foire.

« Le pavillon, après les événements institutionnels de lundi, accueillera en permanence des séminaires où nous mettrons en lumière des partenariats réussis déjà noués », ainsi que l’accès à des talents portugais, des solutions innovantes développées au Portugal, soit en partenariat avec des entreprises allemandes, soit à partir de zéro par des entreprises portugaises, « toujours en grand partenariat avec le système universitaire », dit

« Nous aurons une série d’entités du système universitaire, de recherche et d’investigation » qui seront représentées à la foire, « je crois que l’ampleur même de notre présence, toute l’action, pourra en fait remplir la foire de Hanovre , ce qui est un grand défi », considère Luís Castro Henriques.

Outre la partie promotion et notoriété, la foire de Hanovre a également un volet politique.

Luís Castro Henriques rappelle que tout a commencé par « une invitation de l’État allemand qui, en pratique, est une reconnaissance de la qualité de l’industrie portugaise ».

Mais « c’est aussi la reconnaissance de la bonne entente du Portugal en tant que partenaire, évidemment pays membre de l’Union européenne, donc nous sommes tous sur le même marché, mais n’ayons pas le moindre doute : c’est un signal clair à l’industrie allemande que le Portugal est une bonne destination pour les investissements, pour les partenariats, pour le développement de nouvelles solutions et, donc, évidemment, il a aussi une grande composante politique », souligne Luís Castro Henriques.

En fait, « le premier jour de la foire, la première visite du chancelier allemand sera au pavillon du Portugal, où il aura un petit séminaire et où nous présenterons exactement pourquoi le Portugal et pourquoi le Portugal a du sens », illustre le président de l’AICEP.

ALU // CSJ