Le syndicat a convoqué le Conseil général du 15 décembre, qui, selon la dirigeante syndicale, Ana Gamboa, dans des déclarations à Lusa, « pourrait » délibérer de cette continuité, en fonction de la réponse aux protestations qui, jusqu’à présent, n’ont motivé aucun contact. avec la tutelle de résoudre les raisons de l’arrêt, telles que le retard dans le règlement de la révision des carrières ou le fonctionnement et la perte d’autorité de l’Administration des Impôts et des Douanes (AT).

« Si jusqu’au 15 [dia da reunião nacional do sindicato] si nous n’avons pas de progrès, nous pouvons prendre des mesures pour continuer la protestation », a déclaré Ana Gamboa, notant qu’elle espère que le silence du gouvernement signifie qu’il s’occupe de la réglementation du diplôme de carrière.

Le bilan syndical de la grève de cinq jours, qui couvrait les travailleurs de la finance, des douanes, des ports et des commerces citoyens, est qu' »elle s’est bien passée avec une adhésion expressive », reflétée dans 70 % des services financiers fermés et dans une « grande majorité ” des douaniers dans les services minimaux, provoquant des contraintes de dédouanement dans les ports de Sines et Leixões.

Samedi, quatrième jour de grève, 50% des commerces citoyens étaient en grève, selon le dirigeant syndical, faisant référence aux salariés d’AT qui travaillent aux guichets citoyens le week-end.

La grève a commencé un jour férié, dans le but de renforcer les fonctions douanières dans les ports et aéroports du pays, avec une délégation STI se rendant au port à conteneurs Terminal XXI à Sines.

Vendredi, à Lisbonne, il y a eu une concentration de travailleurs d’AT, devant le ministère des Finances, pour réclamer « la dignité professionnelle et de meilleures conditions de travail ».

Aujourd’hui, dernier jour de la manifestation, une délégation syndicale se rend à l’aéroport de Lisbonne pour rejoindre les travailleurs en grève, et une concentration de travailleurs est prévue à Faro, selon le dirigeant syndical.

La grève bénéficie du soutien de la caisse de grève, après la décision du conseil général du syndicat prise fin octobre.

La grève a eu lieu pour protester contre le retard dans la régulation de la révision de carrière des travailleurs du fisc, la dégradation croissante du fonctionnement et la perte d’autorité de l’AT, le système d’évaluation des performances et « les fonctions robotiques qui entravent la lutte contre la fraude et la fiscalité. évasion ».

Plusieurs structures syndicales avaient programmé des grèves pour le mois de novembre, mais l’avance de la proposition OE2022 a conduit certaines à décider de les annuler.

VP (IA) // JNM

La grève de cinq jours avec « l’adhésion expressive » – Le syndicat des travailleurs du fisc apparaît en premier à Visão.