Selon Relógio d’Água, l’éditeur qui publie actuellement l’œuvre de Gonçalo M. Tavares et réédite les livres de cette série, l’édition française a une préface de Mathias Énard, «l’un des écrivains français les plus importants, qui écrit qui , comme Saramago, veut aussi battre Gonçalo M. Tavares ».

Publié sous le titre «Le Quartier, Les Messieurs» («O barrio, os senhores», en traduction directe), ce volume rassemble les dix titres de la collection «O Bairro», chacun dédié à un «monsieur» homonyme d’un grand écrivain: «O Senhor Valéry» (lauréat du prix Branquinho da Fonseca), «O Senhor Henri», «O Senhor Brecht», «O Senhor Juarroz», «O Senhor Kraus», «O Senhor Calvino», «O Senhor Walser »,« M. Breton »,« M. Swedenborg »et« M. Eliot ».

Dans le journal L’Observateur, Didier Jacob considère Gonçalo M. Tavares comme «le Gaudí de la langue» et ajoute à propos de «O Bairro»: «le grand romancier portugais travaille dans cette cathédrale unique depuis vingt ans, où le seul culte donné est littérature, et avec un humour surprenant, une érudition humoristique et une douceur incomparable ».

Pour Gladys Marivat, du Monde des Livres, Gonçalo M. Tavares est le «prodige des lettres portugaises» et «Seu Bairro» est «l’un des rares endroits où les restrictions dues au coronavirus nous permettent encore de voyager».

Christine Marcandier, de Diacritik, considère «O Bairro» comme «une série littéraire, une aventure textuelle et graphique». «Les Seigneurs inclassables et indispensables sont un délice à lire, un résumé de rires philosophiques, absurde mais tellement logique, insolent de justesse et de« charme élégant », un regard unique sur la barbarie du monde contre laquelle seule l’inventivité littéraire peut lutter», ajoute la critique littéraire française.

A Lire, Bernard Quiriny dit que c’est «un hommage épicé à la littérature, comme une micro-utopie papier pour nous protéger du monde», tandis qu’Augustin Trapenard parle de ce «projet fou, de ce monde de rêve, de ce merveilleux quartier de Gonçalo M . Tavares ».

«Un quartier bien réel, car il est à la tête de Gonçalo M. Tavares», raconte Alain Nicolas, dans L’Humanité.

Gonçalo M. Tavares, né en 1970, est un écrivain et professeur d’université portugais, dont le premier ouvrage a été publié en 2001.

Reconnu pour l’originalité de ses projets créatifs, l’auteur a une autre série, précédant O Bairro, intitulée «O Reino» et composée de quatre livres.

Récompensé et plébiscité par la critique internationale, Gonçalo M. Tavares fait traduire nombre de ses œuvres dans plus de 50 pays et adaptées à divers projets tels que pièces de théâtre, objets artistiques, vidéos d’art ou opéra.

Une grande partie de ses livres est déjà publiée en France, où il a reçu certains des prix les plus importants tels que le Prix du Meilleur Livre Étranger, précédemment décerné à des auteurs tels qu’Elias Canetti, Robert Musil, Orhan Pamuk, John Updike, Philip Roth et Gabriel García Márquez, entre autres.

Les livres de Gonçalo M. Tavares ont été initialement publiés par Caminho, mais sont maintenant édités par Relógio d’Água, ayant déjà été publiés «O Senhor Walser» et «O Senhor Brecht», auxquels s’ajoutera bientôt «O Senhor Swedenborg» , suivi d’autres titres.

AL // JPS

Le contenu «O Bairro» de Gonçalo M. Tavares publié et applaudi par la critique en France apparaît d’abord dans Visão.