C'est l'une des tristesses du réalisateur Jorge Silva Melo, qui, avec l'annonce de la fermeture de la maison d'édition Livros Cotovia à la fin de ce mois, voit le projet commun – et indépendant des «Livrinhos de Teatro» – qui devait terminer la publication des œuvres interrompues œuvres complètes de Bertold Brecht, dans la collection de théâtre à couverture blanche.

En cours de route, il y a aussi l'opportunité de publier les traductions de Molière, le rêve de publier l'œuvre complète de Samuel Beckett, et la tristesse de voir la collection blanche terminée, qui en plus de Brecht, avait publié les pièces d'Henrik Ibsen et Carlo Goldoni.

Les «Livrinhos de Teatro», ceux-ci, ont été sauvés par un autre «petit éditeur», avec qui la compagnie de théâtre Artistas Unidos – fondée en 1995 par Jorge Silva Melo – signera un contrat début décembre.

"Jusqu'en janvier, nous continuons à publier avec Cotovia, dès janvier nous avons trouvé un autre partenaire, avec qui nous risquerons désormais nos vies", a déclaré le réalisateur dans une interview à Lusa.

Prudent, il n'a pas encore voulu révéler le nom du nouvel éditeur, car ils sont encore en phase de «datation», mais la signature du contrat arrive bientôt et la poursuite de la publication de «Livrinhos de Teatro» «n'en sera pas grandement affectée ».

«La fin du Lark est très triste. Il a été associé pendant environ 20 ans. J'ai beaucoup travaillé avec André Jorge, il était le fondateur de Cotovia. Même les livrets qui ne sont pas les nôtres, comme les éditions Ibsen ou Goldoni ou Brecht, j'ai travaillé avec eux, ainsi que d'autres livres avec lesquels nous avons travaillé ensemble, mais Fernanda n'en pouvait plus, c'était un travail excessif, en ce moment, avec le les grandes sociétés de livres et avec le siège qui est fait aux petits éditeurs », a-t-il déclaré.

Livros Cotovia a été fondée en 1988 par André Fernandes Jorge. À sa mort en 2016, le comité de rédaction a été remis à Fernanda Mira Barros, qui faisait partie de l'équipe depuis plus de 20 ans.

En août, l'éditeur a annoncé son intention de fermer ses portes à la fin de l'année et a annoncé ce mois-ci que la fermeture définitive du site et de la boutique aurait lieu fin novembre.

Avec cette fin annoncée et avec une nouvelle destination fixée pour les "Livrinhos de Teatro", il est "dommage" de voir "cette collection blanche de Brechts, Goldonis, Ibsens" se terminer, qui, en plus de cela, laisse la publication de l'œuvre de Bertold Brecht incomplet.

«La collection blanche était le Lark qui traitait avec les héritiers de Brecht, les traductions brésiliennes d'Ibsen étaient celles qui traitaient de tout, je viens de donner l'index, les préfaces, l'organisation des volumes, c'est ce que j'ai fait. Et chez Goldoni, c'était la récupération des traductions. Il y a eu de nombreuses traductions historiques que j'ai récupérées, révisées, mais c'était une chose à part, ce n'était pas avec United Artists, c'était la mienne avec André », se souvient-il.

Un autre projet éditorial que Jorge Silva Melo «voulait vraiment» réaliser, mais que la fin de l'éditeur venait de rendre impossible, pour l'instant, était la publication d'une «série de traductions bien faites» – déjà assemblées – par Molière.

«Il y avait deux volumes des pièces de Molière, ce qui est dommage qu'elles n'aient pas été éditées, dont un 'D. João ’traduit par Luísa Neto Jorge”, a-t-il déclaré.

C'est un projet qui «ne rentre pas» dans les «livrets», car Molière est beaucoup plus âgé que les auteurs qui intègrent la collection du Lark avec les artistes unis.

«Je voulais vraiment que ce soit clair, ne pas rivaliser avec Cornucopia, qui a édité ses classiques avec Cotovia. Les nôtres ne sont que les 20e et 21e siècles, de 1950, la plus ancienne pièce que nous ayons. Maintenant nous en aurons un de 1898, c'est la limite, l'idée est d'être les classiques du 20ème siècle et les tout derniers ».

Un autre rêve commun du réalisateur et de l'éditeur, mais beaucoup plus irréalisable, était l'édition de l'œuvre complète de Samuel Beckett.

Toutes les pièces sont traduites par des personnes comme Luís Miguel Cintra, Miguel Esteves Cardoso, José Maria Vieira Mendes ou Jorge Silva Melo. C'est "tout rassemblé et paginé, mais les droits étaient si chers, si chers que nous n'avons pas pu avancer", a-t-il dit.

Le théâtre de Beckett a été entièrement traduit, il a été commandé, mais quand "la nouvelle des droits est arrivée, tout a paniqué et n'a pas été édité".

«Seulement s'il y a un éditeur avec ce courage, mais ils étaient vraiment monumentalement chers, alias c'est très étrange, pour le droit d'auteur. Habituellement, c'est 6% de toutes les ventes, mais du coup il y en a qui demandent des fortunes, mais des fortunes incommensurables, à des auteurs morts, donc ce sont les héritiers qui ne connaissent pas les valeurs qui sont habituelles et qui demandent des gratte-ciel. Très étrange, surtout les Américains ».

Il a encore l'espoir que quelqu'un «prendra cela», ainsi que dans la publication de Molière et dans le reste des pièces de Brecht, tous les plans qui sont inachevés avec la fin du Lark.

Même les livres de Jorge Silva Melo ont maintenant un destin incertain, car ils ont besoin d'une nouvelle maison, non seulement les pièces de théâtre, mais aussi les répétitions.

L'un s'appelle "Quitter la vie", l'autre "Le siècle dernier" et le dernier "La table est dressée", et "ils sont tous épuisés", même le dernier, publié l'année dernière, dont "il reste dix exemplaires", dit le directeur, qui a laissé un autre souhait en l'air.

«Voyons maintenant si quelqu'un prend ça et si je peux encore écrire. J'ai aussi aimé ».

AL // TDI

Le contenu Fim da Cotovia suspend les éditions de théâtre, «Livrinhos» a un nouvel éditeur en 2021 apparaît en premier dans Visão.