«C'est un grand honneur pour moi de recevoir ce prix. C'est extraordinaire. Merci beaucoup, San Sebastián. Je suis extrêmement fier d'être ici », a déclaré le réalisateur portugais en recevant le prix.

Pour cette section, le film «Simon Chama», premier long métrage de fiction de la réalisatrice portugaise Marta Ribeiro, et le court métrage «Noite Perpétua», de Pedro Peralta, qui avait pour toile de fond la dictature et la répression, avaient également été sélectionnés. du régime de Franco, d'Espagne.

«La métamorphose des oiseaux» a eu sa première mondiale au festival de Berlin en février, où il a remporté le prix international de la critique.

Depuis, il a remporté des distinctions lors de différents événements, tels que le prix du meilleur film au festival de Vilnius en Lituanie et le prix spécial du jury au festival de Taipei à Taiwan. Il a également reçu le prix du meilleur film au festival Dokufest au Kosovo.

«La métamorphose des oiseaux» a déjà été sélectionné dans plus de 25 festivals internationaux, aux États-Unis, en Russie, en Espagne, en Grèce, en Corée du Sud, au Canada, en Pologne, au Brésil, au Mexique, en Australie et en Italie.

Le film a également un début commercial garanti sur le territoire chinois, selon le distributeur Portugal Film.

Catarina Vasconcelos, 33 ans, a mis six ans à réaliser ce film, après avoir réalisé son premier court métrage, «Metáfora ou Tristeza Virada do Avesso» (2013), dans un contexte académique, à Londres.

Les deux films se rencontrent sous des aspects formels et thématiques, et sont interconnectés car Catarina Vasconcelos a filmé la famille, abordant la relation des parents et la mort de la mère, dans le court métrage, et l'histoire d'amour des grands-parents et la mort de grand-mère paternelle – qu'elle n'a jamais rencontrée – dans le long métrage.

«Je voulais que (le film) parle de cette famille, mais que je puisse parler à d'autres personnes. (…) Le temps qu'il faut, c'est presque le temps qu'il me faut pour sortir de moi pour atteindre les autres. J'ai réussi à me libérer de ma famille et de la peur d'inventer à leur sujet, pour pouvoir inventer à volonté. C'était très important », a-t-il déclaré lors d'un entretien avec l'agence Lusa.

C'est pourquoi Catarina Vasconcelos présente «La métamorphose des oiseaux» comme un «documentaire-fiction», un film qui se situe au milieu, un «hybride de formes» basé sur les souvenirs de l'enfance et de la jeunesse de la famille et rempli de fiction.

A propos de ce film, Catarina Vasconcelos parle d'un «processus hautement intime et personnel», dans la combinaison du montage du son et de l'image, dû à une relation que le réalisateur entretient avec les arts visuels et décrit comme «une chose très analogique, bricolage» .

TDI (SS / JRS / MAG) // PA