«N'étant pas la première« web série »avec ce format, c'est la première fois qu'elle est réalisée dans le monde entier et la première produite au Portugal», a déclaré le photographe João Rodrigues à Lusa.

Avec un lancement prévu en janvier 2021 sur Internet, chacun des 12 épisodes se concentre sur un protagoniste des eaux portugaises "qui est en danger, vulnérable, sous pression ou au bord de l'extinction", a-t-il souligné.

Le photojournaliste du magazine National Geographic et auteur du documentaire "Cavalos de Guerra", sur les hippocampes de Ria Formosa, en Algarve, a souligné que le projet "The House of Neptuno" entend "franchir les frontières portugaises" à travers "des plateformes des services numériques innovants et gratuits ».

Réalisée par sa société de production Chimera Visuals, basée à Faro, chaque vidéo de deux minutes est «un voyage avec cet animal», centrée sur un comportement spécifique.

A titre d'exemple, João Rodrigues a mis en avant l'épisode pilote, qui a servi d '"appât aux financiers" et qui montre un groupe de requins bleus, aux Açores, "se nourrissant d'un cachalot mort, en pleine mer".

Dans les différents chapitres de cette histoire «une vision positive» est donnée, présentant «des mesures de ce qui peut être fait en termes de législation ou par chaque citoyen».

La communication «est simple, ne négligeant pas la rigueur scientifique» et avec un engagement fort dans la présentation visuelle pour vous donner une vue «fraîche et attrayante».

"Qui est cette espèce, où vit-elle, que se passe-t-il et que peut-on faire pour aider ces animaux?", A résumé le biologiste.

Chaque vidéo cherche à aborder les comportements spécifiques aux espèces, «se nourrir dans le cas des requins bleus», «protection territoriale du simple», «donner naissance à un hippocampe» ou «s'accoupler et pondre une seiche», a-t-il illustré.

Dans une édition où «il n'y a pas de narration ou de texte, mais le bruit de l'eau se fait sentir», les vidéos sont précédées d'un texte informatif sur chaque espèce, sous une forme résumée, pour «capter toutes sortes de publics» et «qui intéressés, trouvez un texte informatif qui approfondit la question ».

João Rodrigues a ajouté que quatre épisodes avaient déjà été «entièrement enregistrés» et qu'il y avait du matériel «pour deux autres», ajoutant que la seiche, les hippocampes, le poulpe, le simple, le requin de meute, le thon et la manta sont «quelques-uns des animaux à combattre lors de la première saison ».

«The House of Neptuno» disposera d'un site Internet en accès libre et d'une application où «il sera possible d'accéder aux épisodes, au texte explicatif, à une galerie de photos inédites et à un réseau social de la série», qui permettra aux parties intéressées «d'interagir entre eux, avec l'équipe de la série ou avec des chercheurs associés », qui peuvent« répondre aux questions sur place ».

Étant gratuit, le projet est tributaire de parrainages "qui ne couvrent pas encore tous les coûts de la saison", a souligné João Rodrigues, qui continue de chercher des soutiens pour rendre réalisables les 12 épisodes de 2021.

L'intention du biologiste est que «La Maison de Neptuno» soit utilisée par les écoles pour l'enseignement et la sensibilisation à l'environnement, et les épisodes «puissent être utilisés isolément ou tout au long de la saison et susciter un débat sur ce sujet avec la communauté étudiante».

PYD // JLG

Le contenu Espèces menacées de la côte portugaise, protagonistes de la «websérie» gratuite apparaît en premier dans Visão.