Selon les résultats d'une enquête réalisée par l'AEP – Associação Empresarial de Portugal, environ 60% des petites et moyennes entreprises (PME) portugaises ont des créances douteuses, presque toutes dans des opérations nationales.

L'étude, réalisée par Deloitte, entre avril 2019 et mars de cette année, auprès de 1 766 PME portugaises, dans le cadre du projet AEP Link, a conclu que «59% des PME portugaises interrogées ont des créances douteuses, dont 95% proviennent d'opérations nationale ".

Dans un communiqué, AEP a déclaré que «49% de ces entreprises réalisent plus de 50% des ventes à crédit aux clients sur le chiffre d'affaires total», «49% des PME interrogées utilisant des sources d'informations externes pour gérer les risques. de votre portefeuille, les informations bancaires (50%) et les rapports de crédit (30%) étant les principaux instruments utilisés ».

L'étude a également analysé «les activités de liquidité et de prospection des clients des PME, concluant, en ce qui concerne les instruments de liquidité, que les banques sont le principal moyen utilisé par les PME (68%), suivi du crédit des fournisseurs ( 31%) », selon la même note.

Cité dans la déclaration, le président de l'AEP, Luís Miguel Ribeiro, a déclaré que «en ce qui concerne la prospection des clients, cette étude conclut que 73% des PME n'utilisent pas de plateformes« web »pour l'analyse et la recherche de nouveaux clients», soulignant le salons et missions commerciales comme «les outils de prospection client les plus utilisés».

Le responsable a également déclaré que, concernant les perspectives de vente des entreprises interrogées, "66% ont l'intention d'augmenter les ventes sur le marché international au cours des trois prochaines années, et 81% s'attendent à une augmentation des ventes sur le marché national également au cours des trois prochaines années".

Le projet AEP Link vise à "améliorer la dynamique de l'écosystème des entreprises, développer et approfondir la collaboration entre les PME et les autres parties prenantes" qui, avec le partage de "savoir-faire" et d'influence, peuvent mutuellement bénéficier, identifier, améliorer et atteindre de nouvelles opportunités commerciales et de partenariat ».

Le projet veut "développer une plateforme pour faciliter le développement des entreprises dans les PME portugaises" et implique 1 200 PME, 22 associations professionnelles, 12 communautés intercommunales, huit établissements d'enseignement supérieur ", selon les informations publiées aujourd'hui.

ALYN // CSJ

Le contenu Environ 60% des PME portugaises ont des créances douteuses – l'enquête AEP apparaît d'abord à Visão.