«Nous avons le pays à deux vitesses. Nous avons une vitesse normale pour tout ce qui est normal dans le pays et une vitesse spéciale pour la question de la Festa do Avante. Le Portugal a déjà été un exemple à l'étranger dans la lutte contre la pandémie, un exemple positif. Malheureusement, cette question de la Festa do Avante est déjà un exemple négatif à l'étranger », a-t-il souligné.

Le dirigeant du PSD a évoqué l'article publié dans le journal américain The New York Times qui décrit la capacité autorisée pour la Festa do Avante comme "exceptionnellement élevée" pour un événement en Europe à cette époque.

Rui Rio, qui s'exprimait en marge d'une visite au centre hospitalier de São João, à Porto, a estimé que si la situation était déjà mauvaise, avec l'exemple étant donné, elle est «encore pire», espérant cependant que la confiance que d'autres pays déposent au Portugal en raison de la façon dont ils ont géré la pandémie n'est pas affectée.

Pour le président du PSD, l'autorisation de la Festa do Avante représente «une concession spéciale au PCP», dans la mesure où «elle n'est pas justifiée, elle n'est pas rationnelle».

«Aucun autre parti ne fait cela, ils ont suspendu toutes ces ouvertures, et constatons que nous avons suspendu l'ouverture (rentrée politique PSD) et ce n'est pas un festival, c'est vraiment une sorte de rassemblement politique. Ici, c'est une fête, bien organisée, d'ailleurs, et elle a du mérite. Je pense que le PCP a du mérite à organiser la Festa do Avante, mais pas en 2020. En 2020, cela n'a pas de sens », a-t-il insisté.

Pour le social-démocrate, même avec des défauts, le gouvernement aurait dû être cohérent «du début à la fin».

Dans ce cas, a-t-il souligné, «ce n'est plus un échec, c'est une erreur vraiment grave» d'autoriser un événement avec plus de 16 mille personnes, «alors que c'est ce qu'il faut éviter», quelques jours avant que l'état de contingence entre.

Pour Rio, dans cette affaire, le PCP échoue en premier lieu «parce qu'il insiste pour faire ce qu'il ne devrait pas faire» et en second lieu, le gouvernement qui le permet échoue.

«Si (les lignes de contagion) viennent à être identifiées, bien sûr, alors c'est l'inverse, en premier lieu (la responsabilité) est le gouvernement et le Parti communiste en second», a-t-il défendu.

Le chef des sociaux-démocrates a également admis qu'il est légitime de penser que l'autorisation de tenir la Festa do Avante est un moyen pour le gouvernement de «se mettre en faveur» du PCP à un moment où des négociations sont en cours dans le cadre du budget de l'État. 2021.

"Nous ne serons jamais sûrs, mais il est légitime de penser que cela peut être la raison, ou l'une des raisons", a-t-il conclu.

La 44e édition de la fête «Avante!», Qui se déroule du 4 au 6 septembre, n'aura de siège que dans les différents spectacles, dont la plus grande et principale scène appelée 25 de Abril, selon le plan d'urgence publié aujourd'hui par le PCP.

L'organisation de la Festa do Avante! «A la responsabilité» d'appliquer diverses mesures pour réduire le risque d'infection et pour la santé publique en raison de la propagation de la maladie covid-19 au cours de l'événement, indique l'avis du DGS publié aujourd'hui.

Dans son avis technique sur la réalisation de la Festa do Avante! cette année, la DGS précise que la typologie de l'événement "comporte différents risques" et que l'organisation "a la responsabilité d'appliquer des mesures de réduction des risques et de se conformer, promouvoir et garantir le respect de la législation applicable en vigueur, ainsi que des règles, des lignes directrices et les recommandations du DGS, pendant toute la durée de l'événement, en tenant compte du risque existant d'infection par Sars-Cov-2 et du risque pour la santé publique lié à la propagation de la maladie covid-19 ».

La pandémie de coronavirus à l'origine du covid-19 a déjà tué au moins 851071 personnes et infecté plus de 25,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 822 personnes sont décédées sur 58 012 confirmées infectées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

VSYM // JPS

Lusa / Fin