Les députés de la commission parlementaire de la culture et de la communication ont entendu, lors d’une audition en début d’après-midi, des représentants de l’Action coopérative, de l’Association portugaise des techniciens de l’audiovisuel, du cinéma et de la publicité (APTA), de l’Association des arts du spectacle au Portugal (Performart) et l’Association des artistes visuels du Portugal (AAVP), suite à une demande du Bloco de Esquerda (BE), sur les résultats du programme de soutien aux projets DGArtes – Création et édition 2020.

En 2020, DGArtes a soutenu 110 candidatures, sur un total de 506 analysées, dans le cadre du Programme d’Appui aux Projets, dans les domaines de la Création et de l’Édition, pour une valeur totale d’environ 2,4 millions d’euros. Cependant, les candidatures soutenues représentaient moins d’un tiers des 388 candidatures jugées éligibles par le jury.

«Nous défendons l’attribution de fonds à toutes les candidatures éligibles à caractère durable et non comme une mesure d’exception annoncée le 14 janvier 2021, en réponse à la situation de crise actuelle. Cette mesure, adoptée à titre exceptionnel, met en évidence la nécessité de fixer à l’avenir un financement sérieux pour les lignes de soutien aux arts – à travers les DGArtes – avec une dotation budgétaire non inférieure à celle adoptée à ce moment », a déclaré Teresa Coutinho, d’Ação Cooperativista.

La candidature de BE a été déposée avant que, le 14 janvier, le ministre de la Culture n’annonce que les appels d’offres de la DGArtes ne s’ouvriront cette année, reportant le cycle d’appel d’offres à 2022, bien que le gouvernement «soutienne les entités artistiques à travers les DGArtes». Parmi ces soutiens, d’un montant global de 43,4 millions d’euros, il y a «l’octroi d’un soutien aux 75 entités éligibles, non soutenues, du concours 2020-2021», d’un soutien soutenu, une mesure d’un impact de 12 millions d’euros dans les deux années.

Pour Performart également, cette solution «ne doit pas se limiter à la situation pandémique, mais devenir le fonctionnement régulier des appels d’offres».

« C’est ce qui a du sens et ce qui est stipulé dans le règlement du concours: celui qui est requis doit recevoir un financement », a défendu Inês Maia de cette association.

Pour le représentant de Performart, les résultats du concours dans les domaines de la création et de l’édition ont montré une situation «vraiment scandaleuse», avec «la centralisation du soutien dans la région de Lisbonne et Vale do Tejo», et avec «des applications avec d’excellents scores à ne pas être pris en charge. ».

Teresa Coutinho d’Ação Cooperativista corrobore l’idée: «Le décalage entre la qualité des candidatures et la capacité de réponse est frappant».

«Le budget alloué à ce soutien, même s’il a fait l’objet d’un financement accru, est manifestement loin de suivre le rythme de la vitalité et de la croissance du tissu artistique, il n’y a même pas d’aperçu d’une capacité à répondre à l’excellente qualité des projets soumis à l’appel d’offres », a-t-il prévenu.

Par ailleurs, Teresa Coutinho a rappelé que «le fait que plus de 70% des candidatures prises en charge appartiennent à la zone métropolitaine de Lisbonne, constitue une forte alerte pour une concentration des investissements pour la culture dans une zone spécifique du pays» , et a dénoncé un manque inquiétant de conditions structurelles qui, de plus en plus, contraignent la fixation de projets dans d’autres parties du pays, afin de contribuer à la cohésion territoriale de l’offre culturelle ».

Pedro Barateiro, de l’AAVP, a également mis en garde contre le problème «très dramatique» de «il n’y a pas d’élargissement du soutien au territoire».

Pour cet artiste plasticien, les mesures supplémentaires récemment annoncées par le gouvernement «sont insuffisantes».

« Outre le problème structurel, nous ne pensons pas que ces mesures répondront à un besoin constant et qui doit être beaucoup plus large », a-t-il défendu.

Outre les mesures de soutien aux DGArtes, le 14 janvier, le ministre de la Culture a également annoncé, entre autres, la création d’un programme de soutien au secteur, avec une dotation globale de 42 millions d’euros, dans une première phase, qui donnera un Un accompagnement «universel, non compétitif et non remboursable», destiné aux entités et entreprises ainsi qu’aux particuliers.

Garantir Cultura, expliquait-il à l’époque, est la «matérialisation du programme créé par la loi de finances 2021 pour soutenir le travail artistique».

Teresa Coutinho a averti aujourd’hui les députés que «les fonds annoncés ne sont pas perdus, comme cela a été annoncé, ils sont destinés à la programmation, à la création, aux événements, à la recherche, ils se traduisent par des honoraires pour ceux qui sont impliqués dans ces projets».

«S’ils ne sont pas remboursables, vous ne devriez pas envisager la présentation de programmes. Avec des exigences de contrepartie, ils ne sont plus perdus », a renforcé Ruy Malheiro, également d’Ação Cooperativista.

Inês Maia, pour sa part, a estimé que «le plus urgent est la mise en œuvre rapide de ces appuis».

« Ils ont été annoncés le 14 janvier, mais ne sont pas encore mis en œuvre et des doutes subsistent quant à leur mise en œuvre », a-t-il prévenu.

L’un des doutes concerne le soutien social à la valeur unique de 438,81 euros, faisant référence à un indice de soutien social (IAS), «universel et attribuable à tous les travailleurs indépendants», qui ont un code d’activité économique (CAE) ou IRS (CIRS) ) dans le secteur de la culture, également annoncé le 14 janvier par le gouvernement.

Jorge Ferreira da Costa, de l’APTA, veut voir si ce soutien est «soumis à des remises», car si c’est le cas, «en pratique, vous n’obtenez pas 438 euros, mais moins que ça».

Par ailleurs, l’APTA a laissé une alerte, également faite par les autres structures ayant participé à l’audition.

«L’aide d’urgence se caractérise par des montants insuffisants, mais il existe un autre problème de portée. Ce soutien n’atteint pas tout le monde « , a déclaré Pedro Madeira, rappelant la nécessité d’une cartographie du secteur car il y a des travailleurs des Arts et de la Culture inscrits au CAE (code d’activité économique) ou au CIRS (code IRS), » qui ne sont pas directement impliqués dans activités culturelles « .

Ruy Malheiro, d’Ação Cooperativista, a renforcé l’avertissement: «Des milliers de personnes seront laissées de côté».

A propos du même thème, Performart a rappelé que « on a plus que vu que cet enfermement ne durera pas un mois ».

«Les effets pervers de l’arrêt d’activité se poursuivent dans le temps et il est nécessaire de sauvegarder la situation de ces travailleurs, qui dépendent du travail du secteur pour vivre, renforçant ce soutien», a défendu Inês Maia.

Bien qu’il ne fasse pas partie de l’agenda d’aujourd’hui, le statut du professionnel de la culture est également entré à l’audience, les structures saluant la disponibilité de la tutelle pour les écouter. « Il reste à voir si ce dialogue est bien utilisé », a déclaré Inês Maia.

Les structures entendues aujourd’hui au Parlement, ainsi que d’autres dans le secteur, ont une fois de plus défendu la nécessité de créer le statut, ainsi que de renforcer les fonds pour la culture dans le budget de l’Etat. Des affirmations faites et réitérées à de nombreuses reprises au cours des dernières décennies.

JRS // MAG