Les trois ressortissants étrangers soupçonnés de délits de traite des personnes et d'aide à l'immigration illégale détenus mercredi lors d'une opération du Service des étrangers et des frontières (SEF) à Santarém, seront placés en détention préventive.

Dans un communiqué rendu public aujourd'hui, SEF indique que la mesure de contrainte sur la détention provisoire a été appliquée aux trois détenus lors de l'opération menée aux premières heures de la matinée et mercredi dernier matin, qui visait à «démanteler un réseau de traite des êtres humains». et les délits connexes, avec l'introduction de travailleurs étrangers, certains en situation irrégulière, dans les fermes de Ribatejo ».

Au cours de l'opération «Lezíria», environ 140 travailleurs étrangers ont été identifiés, dont une dizaine ont été identifiés comme victimes du crime de la traite des êtres humains, indique la note.

"Ces citoyens étaient, pour la plupart, soumis à des conditions de travail, d'hébergement et de santé dégradantes", indique le communiqué.

En plus des trois arrestations, les quelque 120 agents du SEF ont servi 40 mandats de perquisition et de saisie, avec la saisie de divers supports informatiques, véhicules, diverses preuves documentaires de la pratique des crimes identifiés et une grande somme d'argent.

L'opération était dirigée par le ministère public, et des membres des équipes multidisciplinaires spécialisées pour aider les victimes de la traite des êtres humains ont participé, qui «ont assuré le traitement approprié des situations qui y étaient détectées».

Toujours dans un communiqué publié sur le site Internet du procureur du district de Santarém, le ministère public (MP) déclare que l'opération a eu lieu dans le cadre d'une enquête sous enquête il y a quelques années dans la 2e section d'enquête du département des enquêtes et des actions criminelles de Santarém. , spécialisé dans le crime violent ou organisé.

Au cours de cette période, "des moyens de preuve ont été recueillis qui indiquaient l'existence de dizaines de citoyens étrangers illégaux, utilisés comme main-d'œuvre bon marché dans les exploitations agricoles des villes d'Almeirim et d'Alpiarça", indique le député.

«Compte tenu de la dispersion des lieux à perquisitionner et du nombre d'acteurs impliqués, la coordination du quartier de Santarém a créé une équipe de travail composée de trois procureurs qui ont demandé par voie judiciaire l'émission de 21 mandats de perquisition et de saisie pour les domiciles et a ordonné l'émission de 17 mandats de perquisition et saisie dans des véhicules à moteur », ajoute-t-il.

Selon le député, deux mandats de perquisition et de saisie ont également été délivrés dans les locaux de l'entreprise et trois mandats d'arrêt n'étaient pas flagrants vis-à-vis des personnes soupçonnées de gérer ce réseau d'immigration, ayant été collectés, dans les jours de mercredi et jeudi. juste, les «témoignages d’environ 150 citoyens étrangers victimes de la situation».

Divers véhicules à moteur, équipements informatiques et documents ont également été appréhendés à des fins de preuve et les conditions indignes dans lesquelles les travailleurs ont passé la nuit ont été vérifiées.

Le député déclare également que les étapes procédurales ont été effectuées "en dehors des installations policières et judiciaires" (dans le bâtiment du Centre national des expositions et des marchés agricoles, à Santarém), "en raison de la nécessité de sauvegarder les mesures de sécurité dans le contexte actuel de pandémie. ».

MLL // ROC

Le contenu La détention provisoire des trois suspects de traite des personnes détenues à Santarém apparaît pour la première fois à Visão.