La manifestation a débuté sur le campus du Thammasat College, théâtre, en 1976, d'un massacre au cours duquel des dizaines d'étudiants pro-démocratie ont été tués par la police, soutenue par des milices fidèles à la monarchie.

Les manifestants, qui ont levé trois doigts (signe de défi qui contemple trois revendications des manifestants: nouvelles élections, changements de constitution et fin des persécutions), se sont ensuite rendus sur la place emblématique de Sanam Luang, un champ de cérémonies royales. , devant le célèbre Grand Palais, où certains ont l'intention de passer la nuit.

Une nouvelle marche est prévue dimanche, dans le centre de la capitale.

En fin d'après-midi, la police comptait plus de 15 000 manifestants, tandis que les organisateurs faisaient état de «dizaines de milliers de personnes».

"C'est la plus grande manifestation depuis le coup d'État de 2014" qui a porté au pouvoir le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha, légitimé par la suite lors d'une élection controversée, a déclaré l'agence de presse AFP Parit Chiwarak à l'agence de presse AFP.

"C'est un tournant dans l'histoire du pays", a déclaré un autre manifestant, un enseignant de 29 ans nommé Patipat.

La manifestation, qui défile dans les rues presque quotidiennement depuis l'été, rassemble principalement des jeunes, des étudiants et des habitants de la ville. Mais il comprend également des militants du mouvement des «chemises rouges», proches de l'ex-Premier ministre en exil, Thaksin Shinawatra.

"Les jeunes de ce pays ne voient pas d'avenir", a déclaré Thaksin Shinawatra, renversé par un coup d'État il y a 14 ans, dans un communiqué publié aujourd'hui, sans soutenir explicitement les manifestants.

Au cœur des revendications se trouvent la fin des persécutions des opposants politiques, la dissolution du parlement et la démission de Prayut Chan-O-Cha et une révision de la Constitution de 2017, jugée trop favorable à l'armée.

Certains manifestants vont plus loin, appelant à des changements dans le système monarchique, une revendication sans précédent dans le pays où, malgré plusieurs échecs de régime (12 coups d'État depuis 1932), la monarchie est toujours restée intouchable, protégée par l'une des lois les plus sévères contre le harcèlement. -la majorité du monde.

"Notre objectif n'est pas de le détruire, mais de le moderniser, de l'adapter à notre société", a expliqué Panusaya Sithijirawattanakul, une autre figure du mouvement.

Ses revendications incluent la non-ingérence du roi dans les affaires politiques, l'abrogation de la loi de lèse-majesté et la restitution des biens de la Couronne à l'État.

PMC // PJA

Le contenu Des milliers de manifestants demandent la démission du Premier ministre et la réforme de la monarchie thaïlandaise apparaît en premier dans Vision.