Des milliers de familles portugaises se préparent pour avril, lorsque le moratoire gouvernemental sur les remboursements de crédit bancaire expirera.

C’est le moment où ceux qui ont été épargnés par les versements mensuels d’hypothèques en raison de la baisse des revenus provoquée par une pandémie devront recommencer sur la longue route menant aux remboursements.

Le chien de garde des consommateurs DECO craint que beaucoup ne soient tout simplement pas à la hauteur du défi.

Les banques préviennent déjà les clients que le «délai de grâce» touche à sa fin.

Selon les données publiées par la Banque du Portugal, rien qu’en mai, 300 000 prêts hypothécaires ont été suspendus parmi les autres moratoires publics et privés sur le crédit.

Il y a peut-être des «solutions» pour les familles, explique DECO, qui appelle les citoyens à évaluer leur situation financière et à communiquer les difficultés qu’ils peuvent se représenter avec leurs banques.

Natália Nunes de DECO déclare: «Les banques sont obligées de se pencher sur la situation financière des familles et de voir s’il existe des possibilités de restructurer la situation afin que la famille ne soit pas en retard».

Néanmoins, elle admet qu’il y aura «malheureusement des situations dans lesquelles il n’y aura aucune possibilité de restructurer le crédit» (les familles concernées n’auront tout simplement pas la perspective des revenus nécessaires).

Pour ceux-ci, il est possible d’adhérer à un moratoire dirigé par l’État sur les remboursements, mais pour y avoir droit, les demandes doivent être déposées avant la fin du mois de mars.

En d’autres termes, le conseil maintenant aux familles est «d’examiner votre situation et d’essayer de faire des plans alternatifs si votre revenu actuel ne peut pas soutenir vos remboursements de crédit».

[email protected]