Pedro Loureiro a été l'un des 11 illustrateurs qui ont rejoint l'exposition extérieure de la Coopérative de Communication et de Culture (CCC), en partenariat avec la municipalité.

Pendant six heures, la devanture de 4 × 2,45 mètres de l'ancienne Casa Primavera, l'un des plus anciens magasins de la ville, fermée il y a moins de dix ans, a été la toile où elle a recréé l'atmosphère d'un bar avec un stylo acrylique. Les clients sont des personnages tirés de la bande dessinée, comme les frères Dupont, Blueberry, Doc Holiday ou Faey Valentine.

«Comme c'est une zone de boisson, j'ai eu l'idée d'avoir des gens pour vivre dans un bar et ce ne sont pas n'importe qui», dit-il, ajoutant que «c'était intéressant d'interagir avec des gens qui passaient par là», encourageant également certains enfants à dessiner.

À travers les fenêtres du bar, les héros de la bande dessinée peuvent apercevoir des espaces emblématiques de la ville, comme le château.

Les illustrations, représentant des monuments ou des espaces, des animaux, des personnages typiques de la ville ou même une «ville confinée», de Tomás Reis, faisant allusion à la distance sociale causée par la pandémie de covid-19, sont réparties sur 11 vitrines sur six rues du centre historique .

«C'est une autre façon de dynamiser et d'améliorer la ville et le commerce local», explique à Lusa Leonor Fonseca, coordinatrice de la programmation de CCC, qui, en raison de la pandémie, avait besoin «d'amener l'art dans la rue», en évitant les espaces fermés et avec des restrictions de stockage.

Chez les commerçants, les avis sont unanimes.

«Les clients commentent, on voit des gens s'arrêter et prendre des photos, et c'est une autre initiative», commente-t-il à Lusa Fátima Peixoto, employée d'un établissement commercial, pour qui les illustrations «sont venues donner vie à des espaces clos et sont une attraction pour les gens aller au centre historique et aux commerces de proximité ».

Pour Carla Silvestre, l'idée «est originale» et «appelle les gens à la rue» pour voir les illustrations de Benjamin et du maraîcher Cadé, figures typiques de la ville décédées.

«J'ai trouvé que c'était une excellente initiative, car il y a des bâtiments abandonnés. Venez colorier et donner vie à la ville, en aidant plus de gens à traverser le centre historique », dit Alexandra Rosa.

L'exposition de rue «Riscos e Rabiscos» est ouverte jusqu'au 2 janvier, mais les illustrations des vitrines vides resteront jusqu'à ce que le temps les efface.

Outre Pedro Loureiro et Tomás Reis, l'exposition comprend Ana Isabel Costa, António Procópio, Inês Matias, Isa Silva, João Catarino, João Dias, Luís Frasco, Pedro Alves et Vicente Sardinha.

FCC // ROC