34777441_wm-5124991-8557391-jpg

La Polonaise Olga Tokarczuk et le Nigérian Wole Soyinka, lauréats du prix Nobel de littérature en 2018 et 1986 respectivement, animent deux tables d’auteurs principaux lors du festival qui se déroule dans le village, du 6 au 16 octobre.

Olga Tokarczuk rejoint Carlos Vaz Marques, le 8, pour une conversation sur les « Limites », tandis que Wole Soyinka débattra du thème « Enfance » avec José Mário Silva, le 15.

Parmi les écrivains d’une douzaine de pays participant à cette édition du Folio, le programme se déroule pour une conversation entre Hernández Diaz et Manuel Vilas (le 8), le même jour qu’Eduardo Halfon et Sandro William Junqueira jouent dans un autre des tableaux. .

Paulo Mason et Mariana Mortágua (07), Mia Couto et José Manuel Gameiro (09), Ricardo Araújo Pereira et Daniel Oliveira (12), António de Castro Caeiro et Matilde Campilho (14) et, dans la dernière journée, le comédien britannique David Baddiel et Le scénariste brésilien António Prata.

Dans une édition où l’on parle de pouvoir, le Folio fait asseoir à la même table l’israélien Zeruya Shalev et le descendant des réfugiés Daniel Blaufuks, Natasha Brown et Katie Kitamura, Pilar Quintana et Bernardine Evaristo, ainsi que Joke J. Hermsen et Djaimilia Pereira. de Almeida.

Pour la deuxième année consécutive, Gonçalo M. Tavares promeut un cours littéraire, prévu les 8 et 9 et le Folio accueillera à nouveau le Prix Fernando Leite Couto, qui, pour la première fois, met en lumière deux jeunes écrivains mozambicains : Maya Ângela Macuacua et Jeremias José Mendoso.

Côté nouveautés, le point d’orgue est la présentation de 62 œuvres, dont « Vida e Morte », de Monja Coen ; « O Rio Infinito », de Mia Couto et Danuta Wojciechowska ; « A Batalha do Paraíso Triste », de Cose Ramón Pena et « A Intuition of the Island », de Pilar del Rio, présentés lors d’une séance marquée par la projection d’extraits du film « José e Pilar ».

Parmi les 16 expositions incluses dans le programme phare de « PIM ! », la VIIe exposition d’illustrations, dont l’ouverture est prévue le 8, à la Galeria Nova oliva, où sera décerné le Prix national d’illustration (PIN). Cette année, les illustrateurs ont été invités à compléter et illustrer la phrase « Ai, se eu mandante… », tirée du livre « A Cruzada das Crianças », d’Afonso Cruz.

Un séminaire international et plus de 15 ateliers sont quelques-unes des activités prévues dans le cadre de Folio Educa, un chapitre du festival qui cette année a comme nouveauté la tenue d’actions dans les écoles du comté. En ce qui concerne Educa, d’autres nouveautés seront la tenue de la 1ère Biennale Cultura e Educação, prévue le 10, à la Casa da Música.

Plus de 30 concerts programmés dans les chapitres Folia et Bohemia sont d’autres attractions du festival, qui cette année a une journée de programmation dédiée à chacune des paroisses de la municipalité, a intensifié son engagement dans le domaine du cinéma avec la présentation de films et documentaires .

Un Mini Mercado Ilustrado, un dîner littéraire, un « atelier » avec des illustrateurs et une promenade littéraire sont une autre des propositions du festival, qui dans cette édition lance également un chapitre dédié à l’inclusion, marqué par le séminaire « Lisons tous ensemble », traduit en langue des signes et scène pour le pré-lancement du livre multiformat « Le rêve de Laurinha ».

Folio Autores, Educa, Ilustra, Folia, Mais, BD et Boémia sont les chapitres du festival qui a eu sa première édition en 2015, dans un investissement d’un demi-million d’euros, soutenu par des fonds communautaires.

Soutenu les années suivantes par la Chambre d’Óbidos, le Folio dispose cette année d’un budget de 385 000 euros.

DA // MAG