Le président de la Fédération portugaise du sport automobile et de karting (FPAK) a révélé que des «pourparlers avancés» sont en cours pour ramener une course de F1 sur l’hippodrome international d’Algarve à Portimão en mai.

Cependant, la décision dépendra de savoir si «les spectateurs seront autorisés à y assister, car cela n’aura de sens que si les spectateurs sont dans les gradins, et si le gouvernement le veut», a déclaré mardi Ni Amorim à l’agence de presse Lusa.

Il est prévu que le Grand Prix du Portugal remplace le Grand Prix de Chine, qui devrait être reporté à la demande de son promoteur.

L’hippodrome international de l’Algarve a accueilli pour la première fois une course de F1 en octobre.

Mais contrairement à l’année dernière où le Portugal a été invité à faire partie du calendrier du GP F1 en raison des annulations de nombreuses courses à travers le monde en raison de la pandémie, cette année il y a des «frais d’inscription».

«Le Grand Prix du Portugal 2020 a généré des revenus extraordinaires et les données sont déjà entre les mains du gouvernement. Mais nous comprenons qu’il existe d’autres priorités pour le moment, et nous n’avons pas encore pu discuter du sujet », a déclaré Amorim.

Il a refusé de commenter davantage, affirmant que ces accords étaient «confidentiels».

Pourtant, le président de la fédération a déclaré que les patrons de l’hippodrome sont en «contact quotidien» avec les organisateurs de courses de F1 et qu’il est «optimiste» quant à la possibilité que le Portugal accueille une course de F1 pour la 18e fois.

«Je suis un optimiste modéré. En mai, nous pouvons être en mesure (d’accueillir la course) en raison du verrouillage qui commence maintenant et des vaccinations qui ont lieu quotidiennement », a-t-il déclaré au journal Expresso.

«Il est naturel que dans trois ou quatre mois, nous puissions avoir une situation complètement différente de celle que nous connaissons actuellement. Si tel est le cas, alors nous serons en mesure d’accueillir le Grand Prix », a ajouté Amorim, soulignant cependant que la manière dont le Portugal sortira du verrouillage affectera ce qui se passera en mars, avril et mai.

Une décision finale est attendue pour fin février ou mi-mars «au plus tard».

michael.bruxo@algarveresident.com