Les acheteurs étrangers n'ont pas été dissuadés d'acheter des maisons au Portugal, malgré la pandémie. C’est le message des agents de diverses régions du pays, notamment de l’Algarve, qui a connu un regain d’intérêt pour les propriétés rurales dotées de leur propre eau et de bonnes connexions Wi-Fi.

À Lisbonne – qui au cours des trois premiers mois de l’année a vu des investisseurs de 49 pays acheter une propriété pour un montant de 238,8 millions d’euros – les affaires ont peut-être «chuté», mais elles sont restées éminemment respectables.

Les chiffres qui viennent d'être publiés pour le deuxième trimestre montrent que les acheteurs de 31 nationalités ont quand même réussi à surmonter toutes les formalités administratives liées aux confinements, aux restrictions de voyage, etc., pour signer les actes de 233 propriétés d'une valeur combinée de 112,3 millions d'euros.

Selon Expresso, la majorité des acheteurs étaient chinois (33%), suivis des Français (13%), des Brésiliens (7%), des Nord-Américains (6%) et des Britanniques (5%).

Les zones les plus populaires du centre «historique» de la capitale sont Estrela (où 25,4 millions d’euros ont été dépensés), Santa Maria Maior (avec des transactions d’une valeur de 23,5 millions d’euros) et la paroisse de Santo António (où 17,8 millions d’euros ont été investis).

Toutes les autres paroisses de la ville ont représenté environ 10 millions d'euros supplémentaires d'achats.

Expresso n’était pas disponible pour toutes les nationalités achetant leur propre tranche du Portugal, mais c’est un domaine de l’économie qui a réussi jusqu’ici à garder la tête bien au-dessus des «eaux de crue» croissantes de la dépression économique.

La raison, dit le journal, est une combinaison de taux d’intérêt historiquement bas et de politiques gouvernementales visant à «préserver les revenus» et à concéder des subventions.

Dans toute «dépression normale», les familles en difficulté seraient plus susceptibles de mettre des maisons sur le marché afin de les vendre avant de faire défaut sur les paiements hypothécaires. Mais avec les moratoires bancaires en place, cela ne s'est pas produit – et nous espérons que ce ne sera pas le cas dans un proche avenir.

natasha.donn@algarveresident.com