Dans un communiqué publié sur son site internet, l'association rappelle que la fin de la commission de traitement des paiements pourrait être proche, puisque le parlement va prochainement discuter de la question.

Certaines banques facturent une commission aux clients chaque fois qu'ils versent des versements mensuels de leurs crédits et Deco affirme que la facturation pénalise les consommateurs qui respectent le contrat qu'ils ont signé avec la banque, qu'ils considèrent comme un "abus".

Les comptes de l'association montrent, en moyenne, que chaque consommateur peut payer 2,65 euros par mois pour les frais de traitement, un montant qui, selon lui, a augmenté de 44% au cours des cinq dernières années.

"Si vous avez souscrit un crédit hypothécaire, si ces montants sont maintenus, après 30 ans (durée moyenne de ces contrats), vous avez peut-être payé au moins 954 euros de plus à la banque", se plaint Deco.

En outre, l'Autorité de la concurrence, au milieu du mois dernier, lors d'une audition parlementaire, a fait valoir que limiter les commissions bancaires sur les plateformes électroniques peut réduire les incitations pour les nouveaux opérateurs à entrer dans le secteur, avec un avantage pour les consommateurs.

Fin février, le Parlement a approuvé des projets de loi limitant les commissions bancaires, approuvant généralement la proposition du PS qui limite les commissions sur les plateformes électroniques (comme MB Way, qui est gérée par la SIBS), empêchant la perception de commissions sur les virements. sur ces plateformes jusqu'à 100 euros ou 500 euros pendant la période d'un mois ou 50 virements en un mois.

Au-delà de ces limites, la commission bancaire doit avoir un montant maximum à définir dans un décret-loi, par le gouvernement.

La proposition du PS limite également les commissions sur l'émission de la résiliation (déclaration prouvant la résiliation du contrat ou l'extinction d'une dette envers la banque), obligeant les banques à émettre ce document dans un délai maximum de dix jours après la fin du contrat, interdisant les commissions sur les relevés de la dette pour le soutien social et les services publics et interdit également les modifications unilatérales des conditions des contrats de crédit à la consommation.

Les propositions BE, PCP et PAN qui visent à interdire les commissions bancaires sur des plateformes telles que MB Way, en revanche, ont été commandées sans vote.

Les députés ont également approuvé les propositions du Bloco de Esquerda (BE) et du PSD qui empêchent les banques de facturer des commissions pour le traitement de l'offre de crédit.

Les propositions approuvées par BE interdisent en outre aux banques de facturer des frais pour la délivrance de documents déclaratifs de dette, rendant la délivrance automatique de la déclaration de fin de contrat (distrayante) «obligatoire et gratuite» et empêchant les modifications unilatérales des banques dans les contrats de crédit changements dans le montant total du prêt.

VP (IM) // JNM