«La pandémie a eu des impacts différents sur différentes espèces d’aquaculture. Dans le cas des bivalves (palourdes, huîtres et moules) et des algues, l’impact est assez sévère, car, comme ce sont des produits principalement exportés vers l’Europe, les cassures étaient très importantes, atteignant dans certains cas 90% », a indiqué le secrétaire général de l’Association portugaise de l’aquaculture, en réponse à Lusa.

Selon Fernando Gonçalves, dans le cas des poissons, l’impact est divisé en deux phases – pendant et après la première vague de la pandémie de covid-19.

Lors de la première vague, des espèces comme le turbot et la sole avaient des cassures supérieures à 40%, qui ont été récupérées durant l’été, tandis que dans le cas de la dorade, du bar et de la truite, depuis mars, les cassures «n’étaient pas aussi importantes» en termes de le volume.

Cependant, en ce qui concerne la valeur, il y a eu une baisse des prix « due à la pression du poisson importé », qui, selon l’association, pourrait être liée à la fermeture de restaurants et d’hôtels.

Au total, compte tenu de la baisse des ventes et des prix, les entreprises aquacoles ont totalisé une baisse du chiffre d’affaires, dans certains cas, de plus de 40%.

«Le soutien mis à disposition a eu peu d’impact», a noté Fernando Gonçalves, expliquant que le «licenciement» ne peut pas être appliqué dans le secteur, car les animaux nécessitent un entretien et des soins quotidiens.

En ce sens, celui qui a eu le plus d’impact sur le secteur «a été celui fourni par Mar2020», destiné à supporter les pertes de facturation des entreprises.

Pour les mois à venir, l’association s’attend à ce que la vente de poisson reste «stable», tandis que les algues et crustacés «pourraient continuer à être résiduels».

Selon les données fournies par le ministère de la Mer, rapportées en 2018, il y a 605 entreprises collectant des algues et autres produits de la mer, 197 de plus qu’en 2010, et 639 travailleurs, soit une augmentation de 208.

Au cours de la période considérée, ces sociétés ont présenté 2,9 millions d’euros de valeur ajoutée brute (VAB), soit une augmentation de 1,9 million d’euros par rapport à 2010.

La même année, la collecte des produits en eaux intérieures comptait 40 entreprises, représentant 149 milliers d’euros de VAB, soit une augmentation de 127 milliers d’euros par rapport à 2010.

Dans l’aquaculture, il y avait 454 (cinq autres) entreprises et 933 (plus de 216) employés, avec 18 millions d’euros de VAB, plus 5,7 millions d’euros.

Dans le cadre du Fonds Bleu, qui vise à développer l’économie et la recherche de la mer, le secteur des algues a déjà vu huit projets approuvés avec 2,3 millions d’euros de financement.

À son tour, le programme Croissance bleue (subventions EEA 2014-2021), qui vise à accroître la création de valeur et la croissance de l’économie bleue, a déjà approuvé cinq projets dans ce secteur d’une valeur de financement de 2,2 millions d’euros.

À travers Portugal 2020, 74 opérations financées ont été enregistrées jusqu’à la fin de l’année dernière, correspondant à un investissement total de 59 millions d’euros et 35 millions d’euros de fonds approuvés (FEDER – Fonds européen de développement régional et FEAMP – Fonds européen des affaires maritimes et de la pêche).

Au Portugal, les algues sont vendues, principalement, déshydratées pour l’alimentation, mais elles sont également utilisées pour la conservation ou mélangées avec du sel.

Ces produits sont également utilisés dans la cosmétique, la production d’agar et dans l’industrie pharmaceutique.

PE // EA

Le contenu du Covid-19: Ventes d’algues et de crustacés avec des ruptures jusqu’à 90% depuis mars – l’association apparaît en premier à Visão.