1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Covid-19: Une pandémie et le manque d'aide poussent des millions d'enfants au Yémen vers la faim – UNICEF

Les prévisions apparaissent dans un nouveau rapport de l'UNICEF intitulé "Yémen cinq ans plus tard: enfants, conflits et convoitise-19", dans lequel il est souligné que le nombre d'enfants yéménites souffrant de malnutrition pourrait atteindre 2,4 millions d'ici la fin de l'année, un Augmentation de 20% par rapport au scénario actuel.

"Alors que le système de santé et les infrastructures dévastés peinent à faire face au coronavirus, la situation, qui est déjà grave pour les enfants, devrait se détériorer considérablement", a averti l'UNICEF.

La faible infrastructure des soins de santé n'est pas prête à lutter contre la pandémie de coronavirus, après cinq ans de guerre entre une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite et les rebelles houthis soutenus par l'Iran.

La guerre, qui a éclaté en 2015, a déclenché la pire crise humanitaire au monde.

L'UNICEF s'attend à une aggravation de la situation au Yémen car les pays ont récemment réduit leur aide humanitaire.

Le pays a officiellement enregistré plus d'un millier de cas de covid-19, la maladie causée par le coronavirus, qui a fait 275 morts. Cependant, le nombre réel est censé être beaucoup plus élevé, car les capacités de test sont extrêmement limitées.

"Si nous ne recevons pas de fonds urgents, les enfants seront poussés à la famine et beaucoup mourront", a déclaré la représentante de l'UNICEF au Yémen, Sara Beysolow Nyanti. Si cela se produit, "la communauté internationale enverra le message que la vie des enfants (…) n'a pas d'importance", a-t-il ajouté.

L'UNICEF a également averti qu'à moins que 54,5 millions de dollars (48,5 millions d'euros) ne soient décaissés pour l'aide à la santé et à la nutrition, d'ici la fin août, plus de 23 000 enfants courent un risque plus élevé de mourir de cause de malnutrition aiguë. Cinq millions d'enfants de moins de 5 ans n'auront pas accès aux vaccins contre les maladies mortelles.

Les agences d'aide internationales sont alarmées par la baisse importante des financements humanitaires précédemment annoncés par les pays donateurs.

Lors d'une conférence en ligne consacrée au Yémen, organisée par l'ONU et l'Arabie saoudite le 2 juin, 31 des pays donateurs ont promis 1,35 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros) d'aide humanitaire – moins de 1 milliard d'euros. dollars dont les agences ont besoin et la moitié du montant promis par les pays en 2019.

L'UNICEF ne peut garantir que 10% des 461 millions de dollars (410 millions d'euros) qu'il demande pour couvrir sa réponse humanitaire à la crise au Yémen et moins de 40% des 53 millions de dollars (47,2 millions d'euros) nécessaires pour traitant de l'impact de covid-19 sur les enfants, indique le rapport.

"L'UNICEF travaille jour et nuit dans des situations extrêmement difficiles pour obtenir de l'aide pour les enfants qui en ont désespérément besoin, mais nous n'avons qu'une fraction du financement nécessaire pour le faire", a déclaré Nyanti.

Le rapport de l'UNICEF intervient peu après que le responsable de l'aide humanitaire des Nations Unies, Mark Lowcock, a déclaré lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations Unies que le Yémen pourrait «tomber de la falaise» sans un soutien financier solide.

Lowcock a ajouté que covid-19 se propage rapidement dans le pays le plus pauvre du monde arabe, tuant environ 25% des cas confirmés – cinq fois la moyenne mondiale.

La moitié des établissements de santé du Yémen sont dysfonctionnels et 18% des 333 districts du pays n'ont pas de médecin.

Les systèmes d'eau et d'assainissement se sont effondrés, entraînant des épidémies récurrentes de choléra.

Environ 9,6 millions d'enfants n'ont pas un accès suffisant à l'eau potable, à l'assainissement ou à l'hygiène et les deux tiers des quelque 30 millions d'habitants du pays bénéficient d'une aide alimentaire.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait près de 484 000 morts et infecté plus de 9,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence de presse France-Presse (AFP).

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

Après que l'Europe a succédé à la Chine comme centre de la pandémie en février, le continent américain est désormais celui qui compte le plus de cas confirmés et le plus de décès.

JMC // PTA

Articles récents