Le projet de renouvellement de l’état d’urgence adressé aujourd’hui par le président de la République au parlement permet, dans le cadre des restrictions à la circulation internationale, de suspendre ou de limiter les arrivées au Portugal de certaines origines.

«Des contrôles aux frontières des personnes et des biens, y compris des contrôles sanitaires et phytosanitaires dans les ports et aéroports, peuvent être mis en place par les autorités publiques compétentes, notamment en collaboration avec les autorités européennes et dans le strict respect des traités de l’Union européenne, dans le but de prévenir l’entrée sur le territoire national ou à conditionner cette entrée au respect des conditions nécessaires pour éviter le risque de propagation de l’épidémie ou de surcharger les ressources liées à son combat », lit-on dans l’une des règles du diplôme.

Dans cette même règle, qui figurait déjà dans le décret sur l’état d’urgence actuellement en vigueur, il est maintenant ajouté que la circulation internationale peut être restreinte «en suspendant ou en limitant les arrivées de certaines sources».

Il reste la possibilité d’imposer à ceux qui arrivent au Portugal «la réalisation d’un test de diagnostic du SRAS-CoV-2 ou la séquestration des personnes dans un lieu défini par les autorités compétentes»

C’est le dixième diplôme de l’état d’urgence que Marcelo Rebelo de Sousa soumet au parlement dans le contexte actuel de la pandémie des 19 covidés, et sera discuté et voté par les députés jeudi après-midi.

Selon la Constitution, il appartient au chef de l’Etat de décréter l’état d’urgence, mais pour cela il doit écouter le Gouvernement et avoir l’autorisation de l’Assemblée de la République.

La période actuelle de l’état d’urgence se termine à 23 h 59 le samedi 30 janvier et a été votée au parlement avec des votes favorables du PS, du PSD, du CDS-PP et du PAN, une majorité étendue par rapport aux votes précédents.

BE s’est à nouveau abstenu et PCP, PEV, Chega et Liberal Initiative ont maintenu leur vote contre ce cadre juridique, qui permet la suspension de l’exercice de certains droits, libertés et garanties et ne peut être en vigueur que pendant quinze jours, sans préjudice d’éventuels renouvellements.

Au Portugal, 11.305 patients atteints de covid-19 sont déjà décédés et plus de 668 mille cas d’infection par le nouveau coronavirus ont été rapportés à ce jour, selon la Direction générale de la santé (DGS).

Aujourd’hui, il y a eu un nouveau maximum de 293 décès en 24 heures.

IEL // SF

Le projet Covid-19: PR permet de suspendre ou de limiter les arrivées de certaines origines au Portugal apparaît en premier à Visão.