Le Premier ministre a déclaré aujourd'hui que le programme de désamiantage des établissements d'enseignement, qui impliquera 60 millions d'euros, contribuera à stopper les «effets dévastateurs» sur l'emploi, dynamisant la construction civile sur l'ensemble du territoire national.

António Costa a évoqué la valeur globale des fonds communautaires impliqués à la fin d'une session à l'école secondaire Ramada, à Odivelas, dans le district de Lisbonne, dans un discours dans lequel il a parlé des dernières données sur l'évolution de l'emploi au Portugal.

«Cette pandémie de Covid-19 a été une énorme menace pour la santé, mais elle a également eu un effet dévastateur sur l'emploi. Après quatre ans au cours desquels le Portugal a créé 350 000 nouveaux emplois, réduisant le taux de chômage qui existait de près de moitié, en un peu plus de deux mois, le pays compte maintenant plus de cent mille chômeurs », a-t-il souligné.

Dans un discours qui a suivi ceux prononcés par le président de l'Association nationale des municipalités portugaises (ANMP), Manuel Machado, et par les ministres de la cohésion territoriale, Ana Abrunhosa, et de l'éducation, Tiago Brandão Rodrigues, António Costa a soutenu qu '«il est nécessaire de contrôler la croissance du chômage, la réactivation de l'économie ».

Selon le Premier ministre, l'un des objectifs du programme gouvernemental de stabilisation économique et sociale, qui se poursuivra jusqu'à la fin de cette année, "est de lancer un ensemble de travaux qui stimuleront la création d'emplois".

"Principalement des travaux qui peuvent être exécutés de manière décentralisée par les municipalités, qui ne mobilisent pas d'importantes sommes d'argent et, à ce titre, peuvent contribuer sur tout le territoire national à relancer le secteur de la construction", a-t-il souligné.

António Costa a ensuite remercié Manuel Machado "ressemblerait à l'ANMP pour une intervention dans les écoles, qui avait un problème qui durait depuis de nombreuses années et qui était lié au fibrociment".

«Nous supprimerons simultanément le problème du fibrociment et attaquerons la paralysie de l'économie. Au total, ce programme mobilise 60 millions d'euros de fonds communautaires, qui seront distribués à 578 écoles », a-t-il précisé.

Dans la première intervention de cette brève session, le président de l'ANMP et de la chambre de Coimbra a affirmé que "les maires ont déclaré leur présence" après la conclusion des négociations avec le gouvernement sur les moules du programme de retrait du fibrociment des écoles.

«Nous sommes confrontés à un vieux problème et il est temps de se mettre au travail. Je suis sûr que les municipalités retrousseront leurs manches en collaboration avec le gouvernement », a soutenu Manuel Machado.

Ensuite, la ministre de la cohésion territoriale, Ana Abrunhosa, a souligné que les maires "bénéficieront d'un financement à 100%", leur demandant "d'accélérer" l'achèvement des travaux, qui devrait s'achever au début de la prochaine année scolaire.

"Les maires des chambres seront toujours les propriétaires des travaux, que les écoles soient gérées par les autorités locales ou le ministère de l'éducation", a ajouté Ana Abrunhosa.

PMF