La compagnie aérienne irlandaise a déclaré dans un communiqué que «la réduction supplémentaire de 20% de la capacité d'octobre» avait été rendue nécessaire par des modifications des restrictions de voyage face à la pandémie de covid-19, «dont beaucoup sont introduites sans préavis. , sapant l'intention des consommateurs de faire des réservations à l'avance ».

Ryanair s'attend donc à ce que la capacité d'octobre passe de 50% à environ 40% par rapport aux niveaux d'octobre 2019.

Cependant, la compagnie aérienne prévoit de maintenir un taux d'occupation supérieur à 70%.

«Nous sommes déçus de réduire notre capacité d'automne de 50% (par rapport à 2019) à 40%. La confiance des clients est sapée par la mauvaise gestion gouvernementale des politiques de voyage », a déclaré un porte-parole de l'entreprise, cité dans le communiqué.

Ryanair considère que certains gouvernements ont maintenu des restrictions de voyage «excessives et insuffisantes» depuis le 1er juillet, en particulier en Irlande, où la société est basée.

Le transporteur fait valoir que, dans ces pays, "les taux de covid-19 sont passés à 50 pour 100 000 habitants ces dernières semaines, soit plus du double des taux observés en Allemagne et en Italie, où les voyages aériens intracommunautaires sont autorisés depuis le 1er juillet".

De cette manière, Ryanair est favorable au plan de la Commission européenne visant à supprimer les restrictions de voyage au sein de l'Union européenne (UE), sous réserve uniquement de l'analyse de l'évolution des cas de covid-19 par pays et par région.

La société appelle également tous les États membres, "en particulier l'Irlande", à mettre en œuvre une approche coordonnée pour permettre aux citoyens de l'UE de réserver leurs voyages en toute sécurité.

«Nous appelons le ministre irlandais des transports, Eamon Ryan, à expliquer pourquoi, plus de deux mois plus tard, il n'a toujours mis en œuvre aucune des 14 recommandations présentées le 7 juillet dernier par le groupe de travail sur l'aviation», dit la même porte -voix.

Plus de 20 organisations européennes dans les secteurs du tourisme et de l'aviation ont demandé aujourd'hui à la Commission européenne de mettre fin à la «situation chaotique» des restrictions de voyage dues au covid-19 et d'établir un protocole de test pour l'UE.

L'appel intervient dans une lettre ouverte adressée à la présidente de l'exécutif communautaire, Ursula von der Leyen, dans laquelle les fédérations, associations et syndicats européens, représentant plus de 5000 membres, soulignent l'urgence de Bruxelles à prendre la tête de ce processus, face à la « le manque de coordination »et les« restrictions de voyage divergentes », qui menacent gravement les emplois de 27 millions d'Européens.

La lettre fait référence aux données les plus récentes, qui font état «d'une baisse continue du trafic passagers dans les aéroports européens au cours des deux premières semaines de septembre», avec une baisse de 73%, plus marquée que celle observée à la mi-août (- 65%).

MPE (ACC) // JNM