Selon le rapport sur l'état d'urgence, remis par le gouvernement au Parlement, «en ce qui concerne le souvenir des foyers», et malgré «la plus grande flexibilité prévue par la loi au cours de la dernière période», sur l'île de Santiago, les équipes de la police mixte Nacional et les forces armées ont approché 5 596 personnes sur la voie publique et 4 718 véhicules.

Pendant l'état d'urgence, dont la première période est entrée en vigueur à l'échelle nationale le 29 mars et la dernière s'est terminée le 29 mai, uniquement sur l'île de Santiago, en raison de la concentration de cas de la maladie dans la ville de Praia, la population J'ai été obligé de ramasser à la maison.

Au cours de cette période, 596 personnes ont été arrêtées, dont 517 dans la ville de Praia, et 191 véhicules ont été saisis, dont 152 dans la capitale.

En particulier, l'état d'urgence qui était en vigueur jusqu'au 29 mai (dernière période uniquement sur l'île de Santiago) a déterminé que les déplacements en dehors de la commune de résidence ne pouvaient se faire qu'en cas de force majeure ou pour des raisons de santé, étant conditionnés autorisation du Service national de protection civile et d'incendie et «sous réserve du contrôle et de l'inspection des forces de sécurité».

Elle exigeait également le confinement obligatoire, dans un établissement de santé ou à domicile, pour toutes les personnes infectées par Covid-19 ou d'autres citoyens, comme déterminé par les autorités de santé et de protection civile.

Tous les citoyens de plus de 65 ans sont également soumis à l'obligation spéciale de protection, ainsi que ceux atteints de maladies chroniques, respiratoires, hypertensives et immunosupprimées, qui ne peuvent voyager que sur la voie publique pour acheter des biens essentiels et des services de base.

Le reste de la population était soumis à l'obligation générale de collecte à domicile, prévoyant des exceptions pour l'acquisition de biens essentiels, l'exercice d'activités professionnelles autorisées ou pour des raisons de santé, entre autres.

La violation de ces règles, outre une procédure pénale, impliquait également l'application d'infractions administratives dont le «produit» était entièrement en faveur de l'État.

Le Cap-Vert a enregistré une accumulation de 782 cas de covid-19 depuis le 19 mars. Parmi eux, sept ont fini par mourir, mais 385 ont été considérés comme guéris.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 445 000 morts et infecté plus de 8,2 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

La maladie est transmise par un nouveau coronavirus détecté fin décembre à Wuhan, une ville du centre de la Chine.

PVJ // VM