L'information a été rendue publique aujourd'hui par le ministre d'État et chef de la Maison de la sécurité du président de la République et coordinateur de la commission multisectorielle de prévention et de lutte contre la covid-19, Pedro Sebastião.

Selon le responsable, parmi les 5 771 citoyens qui sont rentrés au pays, 2 158 venaient du Portugal, 1 470 d'Afrique du Sud et 512 du Brésil et le reste d'autres origines (Cuba, Russie, Namibie, Zambie, Zimbabwe, Inde, Turquie, République de Congo et République démocratique du Congo).

À l'exception des vols des 17 et 18 mars, ils ont tous été mis en quarantaine institutionnelle dans des centres de quarantaine publics, Calumbo 1 et 2, et dans des hôtels préalablement sélectionnés par la commission et soumis à des tests, avec 49 cas importés identifiés.

Parmi ceux-ci, 54% venaient de Russie, 37% du Portugal et 9% d'autres pays (France, Espagne, Biélorussie, Cuba, etc.).

«Aujourd'hui, 445 citoyens sont arrivés d'Afrique du Sud et tous ces efforts nécessitent une logistique très solide. Ce n'est qu'après que ceux-ci auront quitté leurs sites de quarantaine que nous passerons à la phase suivante, qui sera peut-être le Portugal et le Brésil », a déclaré Pedro Sebastião.

«Nous connaissons les grandes difficultés qui se produisent dans ces pays, nous ne l'ignorons pas, l'argent qui a disparu, etc. Nous avons essayé d'aider, ici et là, des situations moins bonnes qui peuvent créer des difficultés pour nos citoyens », a-t-il souligné, ajoutant que la priorité a été les pays avec les plus grandes communautés d'Angolais qui n'ont pas encore pu rentrer dans leur pays en raison de la fermeture de limites.

Selon Pedro Sebastião, le cas le plus grave en ce moment "est sans aucun doute le Portugal en raison du très grand nombre" d'Angolais qui sont là (environ 7 000 citoyens), mais aussi le Brésil "qui en compte également un nombre considérable" et l'Afrique du sud.

"Dès que les conditions seront créées, une opération sera mise en place pour d'autres sites, tout indique que ce sera le Portugal", a-t-il souligné.

Quant aux coûts des vols effectués par TAAG, le transporteur angolais, ils ne sont pas comptabilisés.

"Il appartiendra ensuite à (l'entreprise) de présenter un résumé de tout ce qui a été fait, de tout ce qui a été dépensé", a-t-il expliqué.

La pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 549 000 morts et infecté plus de 12 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP.

Au Portugal, 1 644 personnes sur 45 277 confirmées infectées sont décédées, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé.

Parmi les pays africains qui ont le portugais comme langue officielle, la Guinée équatoriale est en tête du nombre d'infections et de décès (3 071 cas et 51 décès), suivie par la Guinée-Bissau (1 790 cas et 25 décès), le Cap-Vert (1 553 cas et 19 morts), le Mozambique (1 092 cas et 9 morts), São Tomé et Príncipe (724 cas et 13 morts) et l'Angola (396 infectés et 22 morts).

Le Brésil est le pays lusophone le plus touché par la pandémie et l'un des plus durement touchés au monde, en comptant le deuxième nombre de personnes infectées et mortes (plus de 1,71 million de cas et 67964 décès), après les États-Unis.

RCR // JH