L’Association portugaise des agences de voyages et de tourisme (APAVT) affirme que les perspectives sont « manifestement sérieuses », mais que les entreprises « ont survécu » liées à la machine, aux liquidités dont elles disposaient, avec l’endettement et le soutien du gouvernement.

« C’est un panorama d’une gravité manifeste, évidemment » celui que vit le secteur en période de pandémie, a commencé par affirmer le président de l’APAVT, Pedro Costa Ferreira, dans une interview à Lusa, ajoutant que, « malgré tout, les agences de voyages ont Survécu « .

«Ils souffrent, mais ils ont survécu», a-t-il affirmé.

Le responsable a souligné que, tout au long de 2020, les entreprises du secteur ont enregistré des pertes d’activité comprises entre 75% et 100%, en raison de la pandémie de covid-19 et que l’estimation pour janvier et février de cette année est d’une aggravation des pauses entre 90% et 100%.

Cependant, a-t-il expliqué, les agences de voyages ont réussi à survivre, principalement grâce à «trois facteurs essentiels»: les résultats positifs du tourisme en 2019, qui leur ont permis d’accumuler des liquidités, le recours à l’endettement et le soutien gouvernemental, «qui ne suffisent pas». , a-t-il dit, « ont été manifestement importants ».

«Tant que les entreprises sont connectées à la machine, elles sont capables de survivre. Avec la souffrance, avec des entrepreneurs dépensant de l’argent, avec des entrepreneurs et des entreprises qui s’endettent, certainement avec un soutien, certainement avec oui, mais ils ont réussi à survivre jusqu’au grand moment de vérité qu’est la reprise », a souligné Pedro Costa Ferreira.

Le responsable a toutefois souligné que la situation est «pire que jamais», car la crise dure plus longtemps que prévu et les entreprises du secteur, étant autorisées à travailler, n’ont pas enregistré de demande significative, compte tenu des restrictions à la mobilité.

« Nous sommes dans une sorte d’hibernation », a-t-il rapporté.

Interrogé sur un signe de faillite dû à la perte de membres, le président de l’APAVT a indiqué que l’association a enregistré « quelques ruptures », bien qu’elles ne soient pas significatives.

«Nous avons des pannes d’associés, oui. […] Nous récapitulons les raisons pour lesquelles les entreprises ne sont plus associées, certaines le sont parce qu’elles ont renoncé à continuer et, par conséquent, nous avons vraiment quelques abandons, mais d’un point de vue macro, plus généralement, la vérité est que, tout comme eux les données macroéconomiques nous font sentir, c’est qu’il y a moins de faillites en 2020 qu’en 2019 », a précisé Pedro Costa Ferreira.

MPE / MSF // CSJ

Le contenu de Covid-19: Panorama est « manifestement sérieux » mais les agences de voyages « ont survécu » apparaît en premier dans Vision.