Le PAN présentera, en tant que proposition de modification du budget supplémentaire, l'extension de l'aide aux gérants des micro et petites entreprises, opposée aujourd'hui par le président de la République, a annoncé le parti.

Dans une note envoyée aux médias, le parti déclare que, "suite au veto du président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa", le "groupe parlementaire du PAN – People-Animals-Nature soumettra une nouvelle proposition dans le budget supplémentaire de l'Etat , compte tenu de l'importance socioéconomique de la mesure, dans le contexte actuel de l'épidémie de Covid-19 ».

Selon le texte, le PAN proposera également, lors de la discussion du Budget supplémentaire en termes de spécialité, "que le régime de remplacement" licenciement "s'applique également aux partenaires de gestion, quelque chose de justice élémentaire".

«Toujours au stade de la préparation du diplôme, le PAN a mis en garde contre le risque de veto présidentiel et a même proposé, dans le cadre du processus de discussion dans la spécialité, une règle de prévalence qui contourne la loi sur le freinage. Cette proposition a été rejetée en plénière par le vote contre le PS, le PSD, le BE, le PCP et le PEV et l'abstention du CDS-PP, CH et IL », souligne le porte-parole du parti.

Cité dans le communiqué, André Silva estime que "si ces partis avaient pu surmonter les individualismes et les tentations de protagonisme politique, les partenaires de gestion n'auraient pas à voir, une fois de plus, reporter l'expansion du soutien social qui leur est destiné".

Le PAN se dit également "disponible pour présenter des propositions individuellement ou avec les forces politiques qui, le mois dernier, ont formé la majorité parlementaire qui a approuvé l'extension du soutien à ces entrepreneurs".

"Plus que de tirer parti des acquis politiques, le moment est venu de jeter des ponts pour parvenir au consensus nécessaire pour résoudre les problèmes des partenaires de gestion, qui auraient dû être résolus depuis avril et qui ne sont pas dus à l'entêtement du gouvernement" , estime le porte-parole du PAN.

Le président de la République a opposé son veto aujourd'hui au diplôme du Parlement qui étend le soutien social extraordinaire aux dirigeants de micro et petites entreprises et aux entrepreneurs individuels touchés par la pandémie de Covid-19, invoquant des doutes sur la constitutionnalité pour une éventuelle violation du «frein à la loi».

Dans la lettre adressée au Parlement, publiée sur le site Internet de la présidence de la République, Marcelo Rebelo de Sousa déclare que «cet élargissement – d'ailleurs socialement pertinent – a soulevé, cependant, des doutes sur la constitutionnalité, en raison d'une possible violation de la« loi sur les freins », lorsque peut entraîner une augmentation des dépenses prévues dans le budget de l'État pour 2020, dans la version toujours en vigueur ».

Le chef de l'Etat considère ensuite que «le projet de loi de finances rectificative pour 2020, qui est en discussion à l'Assemblée de la République pourrait, peut-être, permettre de surmonter cette objection de constitutionnalité», et souligne que «le délai de soumission des propositions d'amendements, afin de faire l'objet d'un débat et d'une quasi-acceptation par le gouvernement, ne prendra fin que demain (mercredi) ».

Le diplôme en question, texte final présenté par la commission de l'économie sur la base des projets de loi PSD, PEV et PAN, a été approuvé lors d'un vote global final le 28 mai, avec l'opposition du PS et des votes favorables du bancs restants, et a procédé aujourd'hui au Palais de Belém.

Le diplôme opposé par le veto du président de la République prévoyait qu'un accompagnement était accordé «avec les adaptations nécessaires, aux dirigeants de micro et petites entreprises, qu'ils aient ou non une participation dans le capital de l'entreprise, aux entrepreneurs individuels, ainsi qu'aux membres des organes statutaires des fondations. , les associations ou coopératives aux fonctions équivalentes à celles qui sont exclusivement couvertes par les régimes de sécurité sociale en tant que tels ».

«Pendant la période d'application de cette mesure, le travailleur indépendant a droit à une aide financière d'une durée d'un mois, renouvelable mensuellement, jusqu'à un maximum de six mois, correspondant au montant de la rémunération comptabilisée comme base contributive, dans la limite de valeur minimale de l'indice de soutien social »(qui est de 438,81 euros en 2020), fait référence au texte final.

FM (SMA / DF / IEL) // JPS