Dans une note envoyée à l'agence de Lusa, cette entité réfute les critiques du président de la jeunesse populaire, qui a accusé vendredi Movijovem d '«inopérabilité et de négligence» parce que les auberges ont commencé à rouvrir ce jour-là, lorsque «celles qui sont gérées par d'autres entités, dans le cas de certaines municipalités, elles fonctionnent déjà normalement ».

À l'époque, Francisco Mota a déclaré que "ce qui est en cause ne sont pas des raisons de santé publique, mais plutôt l'inopérabilité et la négligence" et a également demandé pourquoi ces structures "ne s'ouvraient pas en même temps pour le reste de l'hôtellerie".

En réponse à ces accusations, Movijovem indique que 30 des 42 auberges de jeunesse "étaient au service de la communauté" en raison de covid-19 ", répondant à des situations et des problèmes urgents et réels, accueillant des personnes qui ne peuvent pas, dans leur pour fournir un isolement prophylactique et des sans-abri », ce qui s'est produit« jusqu'à fin juin ».

Dans une autre réponse à l'agence Lusa, vendredi, cette entité a déclaré que les auberges "rouvriront progressivement, ce qui se produira à trois moments différents, les 3, 10 et 15 juillet" et a également déclaré "qu'il n'est pas la réouverture des auberges de jeunesse de Lisbonne – centre-ville et de Lisbonne – Parque das Nações, ainsi que de l'auberge de jeunesse de Vila Nova de Cerveira, qui, au moins pendant le mois de juillet, continuera de servir la communauté ».

«Des raisons de santé publique sont en jeu, mais plus que cela est en jeu la solidarité que nous défendons et soutenons pour ceux qui en ont le plus besoin, des enjeux qui font partie de la mission fondamentale de Pousadas de Juventude, une entité de nature différente des entreprises privées. dans le domaine de l'hébergement et qui, constituant l'un des plus grands réseaux d'hébergement au niveau national, ne renonce pas à son intervention civique et sociale », souligne aujourd'hui Movijovem.

Cette réouverture progressive se justifie alors par des «enjeux de planification et de sécurité», puisque le gestionnaire souhaite «avancer de manière équilibrée dans le retour à l'activité, en veillant à ce que les unités qui rouvrent dans toutes les phases soient réparties sur l'ensemble du territoire. ».

Pour garantir la réouverture des auberges "en toute sécurité et en toute confiance", les locaux ont été désinfectés par les forces armées et les logements sont équipés "du matériel nécessaire pour répondre à tous les besoins" et "protéger les travailleurs", qui feront " actions de formation ».

Cité dans la réponse envoyée aujourd'hui à Lusa, le président de Movijovem, Nuno Coelho Chaves, souligne que «le calendrier de réouverture a été échelonné et prévu pour garantir, avec le temps et la sécurité, que l'infrastructure de Movijovem et les auberges de jeunesse pourraient guider leur mission pour le secteur du tourisme après des mois intenses en tant que structure de soutien importante pour la pandémie ».

«Cela ne se fait pas à la légère, c'est le résultat d'un calendrier articulé avec la direction générale de la santé, pariant sur sa certification, et les institutions militaires. Nous prenons l'option d'être zélés afin de ne pas prendre de risques, garantissant la sécurité de ceux qui viennent chez nous et nos travailleurs », dit-il.

FM // EA

Le contenu de Covid-19: Movijovem justifie la réouverture progressive des auberges de jeunesse avec «planification et sécurité» apparaît pour la première fois à Visão.